Prostitution de mineure : 13 personnes jugées en comparution immédiate

Les faits ont été commis entre le 1er octobre 2022 et le 11 avril 2023 au préjudice d’une adolescente de 14 ans qui se livrait à la prostitution via le site internet « coco ».

13 personnes vont être jugées en comparution immédiate ce jeudi 11 janvier 2024, en début d'après-midi pour avoir organisé la prostitution d'une adolescente mineure par le biais d'un site internet entre octobre 2022 et avril 2023.

Ces hommes âgés de 25 à 70 ans comparaissent jeudi devant le tribunal de Valenciennes pour avoir eu des relations sexuelles, tarifées ou non, avec une adolescente de 14 ans, a indiqué le parquet.

Âgés de 25 à 70 ans, et de "profils variés (employés, ouvrier, militaire, boulanger, intérimaire, apprenti..)", les treize hommes ont été interpellés par des gendarmes de Valenciennes, Avesnes-sur-Helpe, Douai, Cambrai, Arras et Beauvais.

Ils ont été déférés devant le procureur de la République de Valenciennes dans le cadre d’une enquête préliminaire menée par les services de la brigade de recherches de Valenciennes.

La jeune fille se livrait à la prostitution via le site internet coco.

Christelle Dumont, procureure de Valenciennes

Le parquet du tribunal judiciaire de Valenciennes fait savoir que : "Les mis en cause sont poursuivis pour recours à la prostitution d’un mineur par une personne mise en relation avec la victime via un réseau de communications électroniques, sollicitation de l’image pornographique d’un mineur et détention de l’image pornographique d’un mineur". 

La jeune fille "se livrait à la prostitution via le site internet coco", a précisé la procureure de Valenciennes, Christelle Dumont, dans un communiqué.

L’opération d’interpellation de ces personnes, menée par la compagnie de gendarmerie de Valenciennes, a mobilisé 60 gendarmes issus de la compagnie de Valenciennes et d’unités de gendarmeries d’Avesnes sur Helpe, Douai, Cambrai, Arras et Beauvais, avec le renfort du service C3N de Villeneuve-d’Ascq et le soutien de gendarmes NTECH et de gendarmes des BDRJ (Brigades départementales de renseignement judiciaire) des départements du Nord, du Pas-de-Calais, de l'Aisnes de la Somme et de l'Oise.