JO de Paris 2024. "On a voulu faire une pièce iconique" : 36 000 maillots de bénévoles fabriqués par une entreprise d'insertion à Roubaix

L'entreprise d'équipement sportif Décathlon a confié la fabrication de 36 000 maillots de volontaires des Jeux olympiques de Paris 2024 à l'atelier Résilience situé à Roubaix. Ce partenariat avec l'enseigne sportive permet à Résilience de s'affirmer sur la scène de production de textile française.

Cocorico ! Le maillot des volontaires des Jeux olympiques sera 100% made in France. Pour fournir les 250 000 maillots commandés pour l'occasion, l'enseigne Décathlon a fait appel à des industriels français et notamment un atelier de textile roubaisien appartenant au réseau Résilience.

Crée en 2020, pour répondre au besoin urgent de masques pendant l'épidémie de Covid, le réseau compte désormais 80 ateliers, "des structures sociales inclusives (du Handicap et de l'insertion), œuvrant pour la relocalisation de l'industrie textile en France."

200 maillots par jour

Dans l'atelier roubaisien, une vingtaine de petites mains confectionne en moyenne 200 maillots par jour. Les maillots devront être tous livrés d'ici le mois de mai. Quatorze étapes sont nécessaires pour assembler le maillot. Le tee-shirt prend "15 min à monter en totalité", un produit plus basique prend "6 à 8 minutes". "On est sur un tee-shirt sportif, la matière n'est pas simple à travailler, cela demande une gestuelle pour les opérateurs en confection différente de ce qu'ils ont l'habitude de faire", constate Cindy Hutcheon, directrice de l'atelier. "La matière glisse, il faut y aller doucement, sinon ça abîme les mailles si on les tire", confirme Zaya, l'un des couturières.

Pour les couturiers, le maillot des JO est une belle opportunité pour monter en compétence : matière fluide, col travaillé, marquage. "Avec ce contrat d'insertion, j'apprends vraiment un travail de qualité et j'améliore mon niveau en couture", affirme Amel, l'une des dernières recrues. 

"Cela nous permet de travailler sur des produits plus compliqués et de prouver qu'on est capable de le faire, de pouvoir aller chercher d'autres marchés. On a eu une belle évolution entre les masques et les tee-shirts volontaires qu'on fait aujourd'hui", se réjouit Cindy Hutcheon.

Si la cadence est soutenue, "les opérateurs de confection sont fiers de travailler sur un produit qui sera visible à l'international et dans les médias", poursuit la directrice. 

Collaboration avec Décathlon

"Avec ce tee-shirt, on a voulu faire une pièce iconique, pour qu'on puisse reconnaître les volontaires de loin et travailler le made in France. C'est ainsi que le projet est né avec Résilience", raconte Virginie Sainte-Rose, directrice du partenariat Paris 2024 à Décathlon. L'entreprise de vêtement de sport a réparti la fabrication : 240 000 chaussettes et 250 000 maillots auprès de quatre fournisseurs tricolores. L'atelier roubaisien doit en confectionner 36 000.

Dix-huit mois ont été nécessaires avant le lancement de la production, pour concevoir le maillot avec l'atelier, les designers et le Comité olympique.

"C'est vraiment une collaboration avec ses complexités et ses richesses, on est tous aujourd'hui très fiers du résultat", résume Virgine Sainte-Rose.

Le maillot des volontaires sera rayé vert turquoise et bleu, avec un écusson Paris 2024 cousu sur l'épaule gauche.

Décathlon a dévoilé aux 45 000 bénévoles des Jeux olympiques et paralympiques, samedi 23 mars, le reste des vêtements qui composeront la panoplie des volontaires : chapeaux, chaussettes, sacs, chaussures, coupe-vents et pantalons.

Avec Myriam Schelcher / FTV