Paris-Roubaix 2023 : Mathieu Van der Poel remporte la 120ème édition de l'enfer du Nord

175 coureurs étaient au départ de Compiègne ce dimanche 9 avril pour la 120ème édition du Paris-Roubaix. C'est finalement le néerlandais Mathieu Van der Poel, de l'équipe Alpecin-Deceuninck, qui a remporté la course après plus de 200km d'efforts.

Il va soulever le fameux trophée en forme de pavé après 256km d'efforts : Mathieu Van der Poel a remporté ce dimanche 9 avril la 120ème édition du Paris-Roubaix. Le coureur néerlandais a fait une remontée fabuleuse dans les 30 derniers kilomètres, après un début de course plutôt sage. 

Il a pris tous les risques dans les derniers kilomètres, frôlant la sortie de virage peu avant les abords du Vélodrome. 

>>> Retrouvez la 120ème édition du Paris-Roubaix en replay sur france.tv en cliquant sur ce lien.

Retrouvez les temps forts de la course

La course, dont le départ a été lancé à 11h35, a démarré sur les chapeaux de roues. Une quinzaine de kilomètres à peine après le lâcher du drapeau, les premières tentatives d'échappées se succèdent sans parvenir à creuser un écart. 

  • A 212km de l'arrivée, le Suisse Silvan Dillier et le Belge Dorian De Maeght sont les premiers à s'extraire du groupe mais sont vites rattrapés. A 40km du premier secteur pavé, le peloton roule toujours groupé. Il faut attendre 13h15 pour qu'enfin, quatre coureurs prennent la tête.

Dans ce groupe de tête, les Belges Jonas Koch et Juri Hollmann, le Néerlandais Sjoerd Bax et le Canadien Derek Gee. Sur leurs talons, le Néerlandais Niels Eekhoff est sorti en contre. A 160km de l'arrivée, ils sont en tête pour aborder la première section pavée, qui ne tarde pas à clamer ses premières victimes parmi le peloton. 

  • Sur une vingtaine de kilomètres, les chutes et les crevaisons s'enchaînent sur les pavés, surtout dans les sections encore humides. Les échappées, elles, parviennent à se maintenir en selle. Au 116ème kilomètre, près de deux minutes d'écart se sont creusées avec le peloton.

Au même moment, Florian Sénéchal, ralenti par les incidents de course, remonte dans le peloton. Un autre Français, Anthony Turgis, sort en contre derrière les échappées. Derek Gee, lui, doit gérer une crevaison plutôt spectaculaire dans la trouée d'Arenberg, qui le sépare du groupe de tête.

Les coureurs sont en plein dans l'enfer du Nord : quelques kilomètres plus loin, c'est le champion en titre Dylan Van Baarle qui se laisse piéger par les pavés. 

L'espoir Laporte douché par la percée de Van der Poel

  • A 70km de l'arrivée, un groupe de 13 coureurs a pris la tête, mais aucun drapeau tricolore n'y figure. Le Belge Wout Van Haert et le Suisse Stefan Kueng ont pris la tête. Mais derrière, le Français Christophe Laporte a attaqué la poursuite. 

Peu à peu, Laporte, arrivé en grande forme, remonte le groupe de tête et coiffe au poteau Jonas Koch et Juri Hollmann, peu à peu distancés par l'échappée. A 59km de l'arrivée, Christophe Laporte tient une position très intéressante dans la course.

Mais à 30km de l'arrivée, il ne figure toujours pas dans les 7 du groupe de tête, dominé par Wout Van Aert et Stefan Kueng. En revanche, c'est Mathieu Van der Poel qui signe une folle remontée jusqu'à l'échappée, au travail sur la pédale depuis 15km. 

Sur sa lancée, il commence à remonter des adversaires qui s'essoufflent ou qui sont simplement victimes des pavés. A 8km de l'arrivée, il est le seul homme en tête.