Fabien Roussel, patron des communistes et député du Nord, invité par certains à quitter la Nupes

Les insoumis le considèrent comme un "problème" et évoquent ouvertement son départ de la Nupes, mais le patron des communistes et député du Nord Fabien Roussel continue de revendiquer sa singularité tout en assurant ne pas vouloir quitter l'alliance. Une enquête de nos confrères de l'AFP.

C'est une petite musique qui monte du côté insoumis: Fabien Roussel, député du Nord, est devenu "un problème national", tacle un cadre du mouvement.

En cause, les récents propos du secrétaire national du PCF qui souhaite "élargir" la Nupes vers le centre gauche et ses commentaires bienveillants sur Gérald Darmanin, un homme "qui sait entendre la colère".

"Quand vous avez quelqu'un qui favorise tous vos adversaires, comme le ministre de l'Intérieur (...) ou l'ex-premier ministre socialiste Bernard Cazeneuve, c'est un souci", note le cadre. "On ne peut pas construire la Nupes avec quelqu'un qui nous affaiblit".

 La Nupes ? "Espoir" et "boulet" pour le communiste

Fabien Roussel joue aujourd'hui "les diviseurs", abonde le député LFI Paul Vannier. Depuis la création de la Nupes, ce n'est pas la première fois que l'ex-candidat à la présidentielle agace les insoumis, qui le tiennent responsable de la défaite de leur champion, Jean-Luc Mélenchon.

Mais mardi dernier, lors d'une réunion des dirigeants de la coalition de gauche, la tension est encore montée d'un cran. En cause, l'insistance de LFI à discuter d'une potentielle liste commune aux Européennes et d'un éventuel candidat unique à la présidentielle de 2027.

Réticent sur ces deux sujets, Fabien Roussel n'a pas mâché ses mots, racontant à nos confrères de l'AFP avoir qualifié la Nupes autant de "perspective d'espoir" que de "boulet (qui) nous enferme dans des constructions politiques incontournables".

"Si on ne peut pas y dire ce que l'on pense, c'est un boulet, une camisole, un carcan", a-t-il martelé.

 "Tu peux partir"

Des propos qui ont fait bondir Manuel Bompard, coordinateur de La France insoumise: "On a compris que tu veux sortir de la Nupes. Tu peux partir". "Non", a répliqué Fabien Roussel.

On a compris que tu veux sortir de la Nupes. Tu peux partir.

Manuel Bompard, coordinateur de la France Insoumise

AFP

Il affirme vouloir au contraire "l'unité" de l'alliance et fait part de son désir de l'"élargir" à ceux qui se sont battus contre la retraite à 64 ans, citant les élus Liot, les socialistes anti-Nupes Carole Delga ou Anne Hidalgo.

Pour lui, la manière dont Manuel Bompard se comporte avec les écologistes, qu'il tente de convaincre de faire liste commune aux Européennes, et avec les communistes, donne le sentiment que LFI "veut peut-être que l'alliance explose en posant des conditions inacceptables".

Mais le secrétaire national du PCF pense pouvoir dépasser les divergences.  "Il faut accepter les choix de chaque force politique", relève-t-il, demandant que son parti puisse avoir "un avis différent sur des sujets comme le travail, la sécurité, les frontières".

Pas simple pour LFI. "C'est lui qui a ouvert le bal de la séquence migratoire en parlant de frontière passoire. C'est irresponsable", juge Paul Vannier.

 "Fabien Roussel, c'est un peu Patrick Chirac"

Pour un cadre écologiste, qui n'apprécie pas les propos de Fabien Roussel, "cela ne sert à rien de surréagir". "En ce moment, il vit sa meilleure vie, il fait réagir à chaque fois qu'il parle, il a l'impression qu'il fait revivre le PCF. Moi, je pense qu'il l'achève".

"Fabien Roussel, c'est un peu Patrick Chirac", le héros du film Camping, ironise un socialiste. "C'est un gars sympathique, mais on ne comprend pas ce qu'il fait".

Même dans les rangs du PCF, un responsable, opposé à la ligne du secrétaire national, juge que ce dernier s'est mis "dans un entonnoir" en voulant "jouer une partition singulière".

C'est un succès médiatique mais qui se paye au prix fort, ça cause le trouble sur ce que défend le PCF, on entame notre capital auprès du peuple de gauche.

Un responsable du PCF opposé à la ligne de Fabien Roussel

AFP

En revanche, en interne, "cette attitude de forte tête décalée plait", reconnait-il. "On les a tellement chauffés à blanc pour s'émanciper de LFI".

Enquête de l'AFP

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité