Shoah : Ginette Kolinka, rescapée des camps de concentration, 3 messages essentiels contre l'oubli

À près de 99 ans, Ginette Kolinka, rescapée des camps de concentration nazis, parcourt la France à la rencontre des collégiens et lycéens, devant lesquels elle raconte son histoire personnelle et témoigne de l'horreur de la Seconde Guerre mondiale. Un documentaire inédit dresse le portrait de celle qui a décidé de parler, il y a vingt ans, après avoir caché son passé pendant cinquante années. Un témoignage inaltérable.

Après avoir rejoint une association d’anciens déportés au début des années 2000, Ginette Kolinka décide de raconter la Shoah. Elle devient alors une ambassadrice de la mémoire, en parcourant inlassablement la France pour raconter son histoire aux collégiens et lycéens. Quatre-vingts ans après la fin de la guerre, à presque 99 ans, elle continue d'aller dans les établissements scolaires pour sensibiliser les élèves à l'histoire. Son objectif : que les jeunes deviennent ensuite, eux aussi, des passeurs de mémoire.

En avril 1944, à l'âge de dix-neuf ans, Ginette Kolinka a été arrêtée par la Gestapo et déportée au camp de concentration et d'extermination d'Auschwitz-Birkenau. Son père, son frère et son neveu, enlevés avec elle, ont été assassinés dès l’arrivée du convoi. Ginette, sélectionnée pour le travail forcé, a survécu. Elle a ensuite gardé le silence pendant cinquante ans sur son histoire et sur ce passé, y compris pour son fils, Richard. 

50 ans avant de commencer à raconter

Ginette Kolinka, son fils et sa belle-fille évoquent le non-dit pendant un demi-siècle.

Richard Kolinka: analyse ce silence pour l'enfant qu'il était : "Je l'ai su, je pense, assez vite. Sans le savoir, mais je l'ai su". 

durée de la vidéo : 00h02mn29s
Ginette Kolinka évoque son mutisme pendant cinquante ans sur l'histoire de sa déportation à Auschwitz-Birkenau, avec son fils et sa belle-fille. ©France Télévisions

"Tout en parlant tous les jours de cette période, ce n'est pas la même chose que de parler de cette période et de se remémorer ce qu'on a vécu."

Ginette Kolinka

Devant son auditoire, la vieille dame, posément et inflexible raconte, explique, met en perspective, éduque.

Elle fait mouche en laissant remonter ses souvenirs et les images, effroyables, naissent de son récit : "Par exemple, si je dis : "on nous battait", qu'est-ce que tu vois comme image ? Tu te rappelles ta maman qui te donnait une fessée, tu te rappelles de ta maman qui te donnait un paire de gifles. C'est ça que tu vois quand on dit ": on te battait". Moi, non. Moi, quand je dis "on nous battait", l'image que j'ai, c'est la femme qui est battue, qui arrive à tomber par terre, parce qu'elle reçoit des coups de personnes qui sont costauds. Et une fois par terre, on continue encore à la battre à coups de bottes, à coups de chaussures". 

Parler aux adolescents : la transmission pour qu'ils deviennent eux-mêmes "passeurs"

Ginette Kolinka raconte à une classe d'élèves son retour à Paris et ses retrouvailles avec sa mère, trois ans après sa déportation. 

durée de la vidéo : 00h02mn48s
Ginette Kolinka relate son retour des camps de concentration devant des collégiens ©France Télévisions

"Moi-même je suis étonnée d'avoir pu supporter tout ça"

En octobre 2020, Ginette Kolinka visite une dernière fois le camp de Birkenau, accompagnée de Victor Matet, journaliste à France Info, et de l'auteur de bande dessinée, Jean-David Morvan. De cette rencontre est née la BD Adieu Birkenau (Albin Michel), dans lequel elle raconte sa vie avant, pendant et après la Shoah.

Dans la foulée, Le Mémorial de la Shoah a créé une exposition itinérante, créant des liens entre la BD et des documents d’époque, pour resituer le parcours personnel de Ginette Kolinka dans l'histoire de la persécution des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale en France.

A LIRE AUSSI : Ginette Kolinka, rescapée des camps de concentration : "ne m'applaudissez pas, c'est vous les passeurs d'histoire"

"Les mots, la parole ne suffisent pas pour décrire"

 Pour Ginette Kolinka, il est très difficile de transmettre son vécu, les paroles ne suffisent pas, dit-elle. 

durée de la vidéo : 00h01mn40s
"Il n'y a que les déportés qui peuvent savoir ce qu'ils ont vécu et supporté" ©France Télévisions

"À mon avis, il n'y a que les déportés qui peuvent savoir ce qu'ils ont vécu et supporté. Les paroles, ça ne suffit pas."

Ginette Kolinka

>> Ginette, un documentaire inédit et exceptionnel sur la vie et le combat de Ginette Kolinka, à voir sur France 3 Hauts-de-France jeudi 25 janvier à 22h50 (et en replay pendant 30 jours sur france.tv, cliquez ici). 

Un film produit et réalisé par Caroline Protat et Antoine Lifaut. Tous les extraits ci-dessus sont issus de ce documentaire. 

L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité