SNCF : selon la ministre des Transports, le TGV ne doit pas uniquement desservir les métropoles

La ministre des Transports Elisabeth Borne a estimé vendredi que l'évolution de la desserte TGV ne pouvait "pas se faire sans l'accord des territoires", alors que la SNCF envisage de supprimer des liaisons directes entre Paris et des villes moyennes des Hauts-de-France.

Manifestation contre les suppressions de TGV, le 7 février 2019 à Douai.
Manifestation contre les suppressions de TGV, le 7 février 2019 à Douai. © MAXPPP
"La SNCF a engagé une concertation, effectivement, avec les élus des Hauts-de-France sur une éventuelle réorganisation de dessertes", a relevé Mme Borne sur France Info. "Moi, j'ai dit très clairement à la SNCF que le modèle que je défends, c'est un TGV qui dessert les territoires, pas uniquement les métropoles. Donc cette évolution de dessertes, elle ne peut pas se faire sans l'accord des territoires", a-t-elle expliqué. "Je l'ai dit clairement à la SNCF."

"Ce n'est pas la ministre depuis Paris qui va décider des horaires de dessertes dans les territoires", a-t-elle toutefois remarqué, alors que des habitants de Douai veulent faire manifester les célèbres géants du Nord devant sa porte.

La SNCF a notamment confirmé jeudi vouloir supprimer trois allers-retours directs sur sept sur la liaison Paris-Arras-Douai-Valenciennes, dans son projet de service 2020.
 


Manifestation et pétition


Le maire de Douai Frédéric Chéreau (PS) a appelé ses administrés à une manifestation samedi et a lancé une pétition en ligne, adressée au patron de la SNCF Guillaume Pepy, qui avait recueilli vendredi plus de 11.500 signatures.
 
On est actuellement dans une phase de "rencontres avec et des élus, et des parlementaires
pour leur dire : +voilà la desserte TGV proposée pour 2020+
", avait expliqué M. Pepy à des journalistes jeudi, en marge de la présentation des résultats de la SNCF.

"Evidemment, on peut se retrouver dans des cas où des élus sont assez vocaux, ce qui est parfaitement normal", a-t-il remarqué. "Il nous reste, pour continuer ces concertations, de l'ordre de trois à quatre mois", et il faudra qu'elles soient bouclées "avant l'été", a indiqué le dirigeant.

La SNCF n'achetant plus que des TGV à deux étages, d'une capacité de plus de 500 personnes, "il faut mettre ces rames dans des endroits où on espère que le potentiel de trafic va pouvoir être suffisant pour avoir un taux d'occupation convenable", a expliqué Guillaume Pepy. "Et c'est ça toute la discussion : est-ce qu'on est capable de faire naître plus de trafic ?"


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sncf économie transports
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter