Street art. Son nom dans le Larousse et une rétrospective, une grande année pour Jef Aérosol

Il est l'un des chefs de file de l'art urbain. Jef Aérosol s'expose au musée de l'Hospice Comtesse de Lille du 19 octobre 2023 au 21 janvier 2024. Ce sera la première rétrospective de cette figure internationale du street art, dont les œuvres figurent partout dans le monde, de Bruxelles à la muraille de Chine en passant par Tokyo, Belfast ou New-York.

Il s'agit de sa toute première rétrospective. Le Lillois d'adoption Jean-François Perroy, alias Jef Aérosol, réalisait son premier pochoir à Tours en 1982. Un peu plus de quarante ans plus tard, il s'expose au musée de l'Hospice Comtesse de Lille, du 19 octobre 2023 au 21 janvier 2024. 

"L'expo s'appelle Jef Aérosol Stories, précise-t-il, ce sont de petites histoires qui se succèdent, s'accumulent, forment une vie... C'est aussi un clin d'œil aux réseaux sociaux et aux vidéos courtes d'Instagram."

L'exposition présente des œuvres majeures de l'artiste - toutes flanquées d'une flèche rouge, la marque de fabrique de Jef Aérosol - mais aussi des dessins réalisés alors qu'il n'était encore qu'un enfant. " J'en ai jeté pas mal, mais j'en ai aussi gardé, entre 300 et 500 je pense. On en exposera une vingtaine."

Si Elvis Presley, John Lennon ou Bob Dylan ont beaucoup inspiré Jef Aérosol, le pochoiriste a consacré une grande partie de son travail aux anonymes de la rue, notamment des enfants, dont il peint les silhouettes en noir et blanc, grandeur nature.

On les retrouve sur les murs du monde entier, de Paris à Londres, en passant par Lisbonne, Venise, Rome, Amsterdam, Chicago, New-York, Bruxelles, Zurich, Pékin, Tokyo, Palerme, Dublin, Belfast, Ljubljana… Il a même collé son légendaire Sitting Kid sur la Grande Muraille de Chine.

Cette exposition est une reconnaissance de plus pour l'artiste, qui vient de faire son entrée dans Le Petit Larousse illustré 2024, aux côtés de l'actrice française Karin Viard, du chanteur belge Stromae, ou encore de la couturière britannique Stella Mc Cartney.

"C'est vrai que c'est une reconnaissance, on ne va pas le nier, avoue l'artiste, même s'il n'est pas d'accord avec le texte. « Pionnier  », je réfute la définition. Le pochoir existe depuis toujours. Des gens ont fait des choses dans l'espace public bien avant moi. Je fais certes partie de cette première génération des années 80, mais je suis loin d'être le seul !"

Alors, comment Jef Aérosol se définit-il ? Artiste peintre, graffeur, street artiste ? "Artiste tout court, affirme-t-il. Finalement, cela dépend de là où je me trouve, dans l'espace public ou pas. Outre le lieu, on colle parfois une étiquette en fonction de la technique utilisée, donc comme je pratique le pochoir, je suis peintre pochoiriste, comme on dirait aquarelliste." 

"Le pochoir a cet avantage de pouvoir travailler « vite fait bien fait  », qui était un de mes slogans dans les années 80. A partir d'une matrice, qu'on découpe dans du carton, on peut reproduire à l'envi une même image, et c'est assez magique finalement. Il faut ajouter la bombe aérosol, qui est magique elle aussi... Un jour, tout ça m'a séduit et je n'ai jamais lâché."

Le vernissage de la rétrospective Jef Aérosol Stories aura lieu le mercredi 18 octobre 2023 à 18h30 au musée de l'Hospice Comtesse de Lille, en présence de l'artiste.

[Une partie de cet article a été publiée sous une autre forme le 14 juillet 2023]

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité