"Ma fille est en larmes à la grille", des parents d'élèves ne comprennent pas la fermeture de leur école

Fin janvier 2024, les parents d'élèves de l'école privée Cardinal Liénart de Tourcoing (Nord) ont été informés de la fermeture de l'établissement en septembre. Une incompréhension pour les parents d'élèves, dont certains sont porteurs de handicap.

L'annonce a été faite aux parents ce lundi 29 janvier 2024. À la rentrée de septembre, l'école Cardinal Liénart de Tourcoing (Nord), devra fermer ses portes. Les parents d'élèves, dont certains sont en situation de handicap, dénoncent une décision brutale.

Dans sa décision, la DDEC de Lille (Direction diocésaine de l'enseignement catholique) a indiqué aux parents que l'école Cardinal Liénart fusionnera avec Notre-Dame de Lourdes. Les sept enfants du dispositif Ulis, qui permet l'inclusion d'élèves en situation de handicap, iront, eux à Saint-Matthieu.

"Il n'y a eu aucune concertation, rien du tout. On leur a proposé plein d'idées, mais pour eux c'est déjà acté. L'école, c'est 50% de la vie de nos enfants et Cardinal Liénart, c'est un modèle d'inclusion. Tous les enfants sont bienveillants entre eux, ils aident les copains qui ne sont pas comme eux", témoigne Audrey, maman d'un enfant de huit ans porteur d'une trisomie 21.

Mon fils voit ses copains pleurer parce que l'école va fermer, mais il n'en prend pas encore conscience

Audrey

Maman

La mère de famille explique avoir eu du mal à trouver un établissement qui convenait aux particularités de son fils au moment de son inscription en 2019. "C'est difficile pour les enfants de voir un élève en situation de handicap dans une classe. Maintenant, il va falloir tout recommencer. Je sais qu'on va passer par des étapes difficiles. Mon fils voit ses copains pleurer parce que l'école va fermer, mais il n'en prend pas encore conscience."

Les parents ravis de Cardinal Liénart

La fille de Laura a six ans et est atteinte d'un trouble du spectre autistique. "Elle se sent comme chez elle à l'école. D'apprendre du jour au lendemain qu'elle fermera à la rentrée, c'est un désastre total ! L'école a pourtant prouvé ses valeurs et ses principes. Quand ma fille y va, elle fait un bisou à la dame à l'entrée, va à sa table. Tous les enfants la connaissent et l'aident, ils ont appris à vivre avec elle et avec sa différence."

"Ce n'est pas ma fille, c'est ma vie ! Chaque matin, quand je la dépose, je sais où elle est. Et avec cette fermeture, ça va entraîner des régressions chez elle au niveau de la propreté et du langage. On avait connu ça avec la fermeture d'une MJC. Là, ça va recommencer", souffle Laura, qui comptait inscrire son fils, lui aussi atteint d'un trouble du spectre autistique, dans la même école à la rentrée.

Cette école, c'est le symbole même du vivre-ensemble

Laura

Maman

Au bord des larmes, la maman craque. "En arrivant à l'école, elle ne tenait pas en place mais elle a pu devenir une élève à part entière et c'est grâce à eux. Ils m'ont soutenue à chaque étape de ma vie dans l'acceptation du handicap de mes enfants. Cette école, c'est le symbole même du vivre-ensemble."

Depuis l'annonce de la fermeture, je laisse ma fille en pleurs à la grille

Stéphanie

Maman

"Il y a de belles valeurs transmises dans cette école. C'est beau à voir. Là, les enfants vont perdre tous leurs repères, dans des classes beaucoup plus grandes. À Cardinal Liénart, je la laisse les yeux fermés. Depuis l'annonce de la fermeture, elle est en pleurs à la grille", témoigne Stéphanie, dont sa fille, qui ne porte pas de handicap, est en CP.

De son côté, la DDEC justifie cette fusion par un contexte de baisse démographique. L'institution prévoit 500 élèves en mois sur les 17 écoles privées catholiques de Tourcoing qui composent le Cotec (Comité tourquennois des écoles catholiques). "Nous avons été obligés de réfléchir à une solution qui permette aux familles de bénéficier d'une offre de proximité tout en tenant compte de ce contexte", explique Thierry Platteau, directeur diocésain adjoint.

Pas assez de classes pour le dispositif Ulis

En compagnie d'Yves-Philippe Soupault, qui occupe le même poste, il reconnaît que le transfert des enfants du dispositif Ulis dans un établissement différent que le reste des élèves fasse réagir. "C'est un des points les plus délicats. Mais on veille à un accueil de qualité avec un nombre de classes adéquat, ce que Cardinal Liénart ne pouvait bientôt plus permettre. On était de toute façon dans une démarche de déplacement des Ulis."

On comprend bien le désarroi des familles

Yves-Philippe Soupault

Directeur diocésain adjoint de la DDEC

"On comprend que les parents soient perturbés et contrariés, poursuit Yves-Philippe Soupault. Mais ce déplacement se fait avec une attention toute particulière. Nous ferons tout pour que les AESH qui accompagnent ces enfants restent avec eux dans leur nouvelle école." Un point sur lequel les parents montraient des signes d'inquiétudes.

Les directeurs diocésains adjoints font savoir que les chefs d'établissement des écoles Cardinal Liénart et Notre-Dame de Lourds travaillent déjà ensemble pour que cette fusion se déroule au mieux. "On comprend bien le désarroi des familles et nous faisons tout notre possible pour les accompagner, tout en leur laissant bien sûr le choix de scolariser leurs enfants où elles le veulent", assure Yves-Philippe Soupault.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité