"Un bâtisseur qui aimait les gens" : François Migraine, fondateur de l'équipe Cofidis, est mort à 79 ans

Il avait créé l'équipe cycliste Cofidis, emblématique du nord de la France, en 1997 à Tourcoing. François Migraine s'est éteint ce 16 juin 2024 à l'âge de 79 ans. Retour sur le parcours d'un "grand monsieur", à la fidélité et à la passion sans faille.

"Il est parti très soudainement." C'est la voix un peu éteinte que Thierry Vittu, DRH de la société Cofidis et président de l'équipe cycliste du même nom, décroche son téléphone ce mardi. 48 heures seulement après la disparition de François Migraine, fondateur de Cofidis en 1982 et mentor du président de Cofidis, la stupéfaction est encore solidement enracinée dans sa tête. "Je déjeunais encore avec lui il y a un mois, il était en pleine forme, autant sur le plan physique que mental."

Pourtant, après une longue semaine d'hospitalisation dont on ignore les détails, François Migraine, homme du Nord, s'est éteint. Il avait 79 ans et une longue carrière d'homme d'affaires et de dirigeant sportif derrière lui. "C'était un constructeur, un bâtisseur qui aimait les gens. Tous ceux qui l'ont côtoyé de près ou de loin se rendaient compte de ses profondes valeurs humaines", fait savoir Thierry Vittu, arrivé chez Cofidis en 1984 pour ne (presque) plus en sortir.

C'était un constructeur, un bâtisseur qui aimait les gens. Tous ceux qui l'ont côtoyé de près ou de loin se rendaient compte de ses profondes valeurs humaines.

Thierry Vittu, DRH de la société Cofidis

Le vélo comme marketing

Un homme fidèle, passionné, peut-être un poil borné. En tout cas une belle âme que ses anciens collaborateurs, pour la plupart devenus ses amis ou disciples, ne manquent pas d'encenser depuis dimanche. Il faut dire que François Migraine et Cofidis ont tout de l'histoire du self-made-man, qui a su bâtir une entreprise brique par brique, inventant même le concept de crédit à distance, par téléphone, pour les clients du catalogue des 3 Suisses.

Installée à Tourcoing, la petite entreprise Cofidis grandit rapidement et déménage à Villeneuve-d'Ascq où elle finit par prospérer. Une réussite liée à une grande campagne de marketing lancée en 1996, qui mise sur le sport. François Migraine, féru de vélo, décide à l'époque de créer et de sponsoriser sa propre équipe cycliste, pour gagner en visibilité. En 1997, l'équipe Cofidis voit donc le jour et participe à son premier Tour de France.

Un patron qui "savait diriger"

Une belle histoire malheureusement ternie en 2004 par une affaire de dopage, qui mène à l'autosuspension de l'équipe. Mais au cœur de cette sombre histoire qui entache la réputation des coureurs pendant un temps, le caractère humaniste et loyal de François Migraine permet à Cofidis de renaître de ses cendres. "Bon nombre de patrons auraient baissé les bras mais lui non", se remémore Alain Deloeuil, directeur sportif de Cofidis entre 1997 et 2023.

Il avait la bonté en lui, je ne l'ai jamais entendu prononcer un mot plus haut qu'un autre. Il savait diriger les hommes et on lui rendait.

Alain Deloeuil, directeur sportif de Cofidis entre 1997 et 2023

Sur la ligne de départ du Paris-Roubaix, organisé à Compiègne, l'ancien coureur se souvient du coup de fil de son chef, intimant à l'équipe de quitter la course pour rentrer au siège. Une double page dans L'Équipe dédiée à cette affaire de dopage, pousse François Migraine à prendre des mesures fortes concernant son équipe : "On s'est dit que c'était la fin. Qu'il nous convoquait pour tout arrêter. Mais au contraire il nous a rassurés, protégés, en disant qu'on allait montrer que rien n'était fondé."

Encore une fois, la fidélité du créateur Cofidis et l'amour porté à son équipe priment avant tout. "Il avait la bonté en lui, je ne l'ai jamais entendu prononcer un mot plus haut qu'un autre. Il savait diriger les hommes et on lui rendait."

Du CC Wasquehal à Cofidis

Depuis quelques années, le "grand monsieur", comme aimait l'appeler Alain Deloeuil, s'était éloigné de la direction de l'équipe, au profit de Thierry Vittu à qui il a laissé "les clés du camion", mais sans jamais le perdre de vue. "C'était un vautour, un aigle qui planait autour de son équipe et dès qu'il y avait un problème il piquait vers le sol", explique l'ex-directeur sportif avec nostalgie.

C'était un vautour, un aigle qui planait autour de son équipe et dès qu'il y avait un problème il piquait vers le sol.

Alain Deloeuil

Car avant cette vie d'homme d'affaires, François Migraine était surtout amateur de cyclisme. Secrétaire puis président du cyclo-club de Wasquehal, près de Lille, le nordiste entraînait ses fils tout en assurant la gestion du club. Alain Deloeuil se souvient des moments d'incertitude, des longues discussions avant de créer l'équipe Cofidis et puis du jour où il a poussé la porte "avec son petit sourire en coin, en disant ça y est on est prêts on y va."

"Jamais on n'aurait pu imaginer que Cofidis resterait 20 ans après", achève Thierry Vittu en se raclant la gorge. "Au départ c'était surtout un investissement, mais finalement cette équipe montre encore l'engagement de François, toujours fidèle aux gens."

L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Hauts-de-France
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité