Match OL-Valenciennes en Coupe de France 2024 : "là faut tout donner", prières de supporters avant la demi-finale

Un supporter c'est celui qui porte son équipe pendant le match mais aussi les valeurs et l'histoire de l'institution. Alors la planète du "rouge-blanc-noir"-VAFC met de côté sa déception en championnat et mise tout sur un événement historique qui va se jouer face à Lyon ce mardi 2 avril 2024 : la demi-finale de la coupe de France, un rendez-vous rare dans l'histoire de Valenciennes.

Des écharpes rouges aux couleurs de la demi-finale de la coupe de France 2024 se sont arrachées comme des petits pains dans la boutique et sur le site du VAFC ces dernières semaines. Des drapeaux vintage circulent aussi. Les amis du VAFC ont le palpitant à fond depuis quelques jours et ça monte crescendo. Il faut dire que le dernier carré de la coupe de France, beaucoup ne l'ont jamais vraiment vécu, la dernière fois c'était en 1970. 

"Il y a eu la demi-finale de 1964 contre Lyon (déjà), 1970 contre Nantes, et 1951 perdue 3-0 contre Strasbourg à Colombes", l'histoire du club, son palmarès et ses grandes heures, Jérémy Huriaux, supporter depuis l'âge de 5 ans connaît ça par cœur. 

Il y a eu 1964 contre Lyon (déjà), 1970 contre Nantes, et 1951 perdu 3-0 contre Strasbourg à Colombes

Jérémy Huriaux, supporter du VAFC

Pour oublier la saison compliquée et la descente en N1 qui s'annonce

Ils seront à l'aéroport de Valenciennes ce lundi de pâques, à 16H30, pour encourager les joueurs du groupe pour Lyon. Envers et contre tout, jusqu'au bout, les supporters répondent présents.

Et c'est sans rancune pour une saison 2024 plus que décevante. Ils sont lanterne rouge à moins de 10 matches de la fin. Mais grâce à cet espoir coupe de France, même la défaite amère contre "Sainté" ( St Etienne) 2-0  de samedi dernier, avec une défense qui prend l'eau et "un jeu inexistant de petites passes à 10", est déjà oubliée.

Je comprends qu'ils n'avaient pas envie de se blesser avant ce grand jour et que l'idée c'était de se préserver mais là, maintenant faut tout donner

Jérémy Huriaux, supporter du VAFC

"Ils avaient tous la tête déjà à Lyon ? j'espère parce que si on joue comme ça face à l'OL qui va mieux et qui a tout  à prouver aussi cette saison, on va perdre à coup sûr. Je comprends qu'ils n'avaient pas envie de se blesser avant ce grand jour et que l'idée c'était de se préserver mais là, maintenant, faut tout donner", prévient Jérémy Huriaux, supporter du VAFC depuis quatre décennies.

"Aujourd'hui je vis à Nice mais je ne loupe jamais un match. Je suis devant ma télé tous les samedis pour suivre Valenciennes. Ma femme et mes amis, tout le monde le sait !" Petit c'est l'oreille sur le poste de radio qu'il suivait tous les multiplexes les soirs de rencontres à l'extérieur. Son papa avait des fonctions au club, il était là à tous les matchs à ses côtés.  "J'aurais adoré être professionnel et pouvoir jouer à Nungesser. On a tous rêvé un jour d'y jouer", mais le foot compte peu d'élus au final dans les vestiaires des pros, alors il y a d'autres manières de porter les couleurs d'un club qu'on a dans le coeur. Jérémy est devenu supporter indéfectible. 

La dernière victoire de Valenciennes à Lyon remonte à décembre 1977, assure le compte VAFC Stats sur X (ex-Twitter). "L'USVA s'était imposé 2-1 en terre rhodanienne, ça date... 47 ans plus tard, un miracle peut-être ?", ironisent les supporters derrière ce compte. 

Toujours selon le même compte, "le VAFC reste sur 4 matchs consécutifs sans marquer le moindre but en Ligue 2, le dernier remonte au 17 février dernier." Mais dans le football, tout est possible. Tout le monde vous le dira. Alors pourquoi pas ne pas y croire ? 

1500 supporters à Lyon

Il y aura d'ailleurs du rouge et blanc (et noir) sur les bancs du parcage visiteurs. 1570 places sont réservées (ce n'est pas beaucoup pour le Groupama Stadium mais c'est ce qui a été officiellement alloué). Les supporters feront la route en bus le mardi, toutes les places ont été vendues ou presque. 

"Je dis ça, je dis rien, mais l'an dernier, l'OM a été éliminé en quart de finale de Coupe de France Alors, peut-être ?". Et c'était contre Annecy, mal en point aussi dans sa saison. Pour tous, une finale à Lille pour les nordistes serait "le plus beau des cadeaux", histoire de vraiment oublier la dernière place du classement du championnat  2024 de Ligue 2.