Hôpital de Valenciennes : prime doublée et titularisation chez Onet, après plusieurs jours de grève

Publié le Mis à jour le
Écrit par AFP

Le 10 décembre, l'enquête télévisée "Cash Investigation" avait pointé du doigt les conditions de travail des employés de ce prestataire de "bionettoyage" dans cet hôpital et la logique économique qui sous-tend ce type de contrat. Un accord vient d'être signé entre la direction et la CGT.

Après plusieurs jours de grève, la direction de la société Onet qui sous-traite le "bionettoyage" à l'hôpital de Valenciennes (Nord) et la CGT ont signé mercredi soir un accord doublant la prime trimestrielle et promettant la titularisation d'un tiers des CDD, selon le syndicat.

Les conditions de travail pointées du doigt

Le 10 décembre, l'enquête télévisée "Cash Investigation" avait pointé du doigt les conditions de travail des employés de ce prestataire dans cet hôpital et la logique économique qui sous-tend ce type de contrat. Et s'interrogeait sur leur compatibilité avec les protocoles de "bionettoyage" en vigueur dans les établissements médicaux.

Après plusieurs mouvements de grève les mois précédents, une partie du personnel était de nouveau en grève depuis six jours pour obtenir une revalorisation salariale, a rapporté jeudi la secrétaire du CSE et déléguée CGT, Séverine Ladrière.

Doublement de la prime trimestrielle

Un accord a été signé mercredi soir "à 23h00", qui va doubler la prime trimestrielle, passant de 100 à 200 euros bruts, et va titulariser 35% des CDD, a-t-elle assuré.

"Il y aura plus de personnel, donc on aura plus de temps pour le bionettoyage des chambres", a-t-elle souligné, se félicitant de cet accord trouvé la veille du réveillon de Noël.

Onet emploie environ 130 personnes tous statuts confondus à l'hôpital de Valenciennes, selon la CGT, "seul syndicat" représenté dans l'entreprise. "C'est regrettable de devoir faire six jours de grève pour obtenir ce qui devrait couler de source", a réagi Pierre-Jean Serrières, délégué syndical central CGT d'Onet.

La direction locale d'Onet, numéro un français de l'hygiène, n'a pas voulu s'exprimer, et la direction nationale était pour l'heure injoignable.

En amont de la diffusion du programme diffusé sur France 2, la direction de la communication de l'hôpital avait fait valoir que "les revendications salariales des employés des sociétés de nettoyage ne relèvent pas de la gestion de nos services."

"Il est irresponsable d'attaquer l'hôpital et de créer de la suspicion à notre endroit auprès de la population qui pourrait renoncer aux soins et aggraver une situation qui l'est déjà suffisamment", avait-elle ajouté.