Qui est Sadallah. F, déjà condamné pour refus d’obtempérer, interpellé à Anzin après avoir violemment percuté un policier ?

Publié le Mis à jour le
Écrit par Martin Vanlaton .

Lundi 19 septembre, peu avant minuit, un policier a été violemment percuté par un véhicule en fuite et grièvement blessé. La garde à vue de l'homme de 29 ans interpellé se poursuit dans les locaux de la police judiciaire de Lille. Il nie avoir voulu tuer le policier.

Moins de 48 heures après le violent choc entre un policier et un véhicule conduit par un individu de 29 ans à Anzin (Nord) après un refus d’obtempérer, le procureur de la République de Valenciennes a tenu une conférence de presse ce mercredi 21 septembre.

Que sait-on des faits ?

Lundi 19 septembre 2022, aux alentours de 23 heures, des douaniers décident de poursuivre une Audi A3 à Maubeuge. À 23h20, à une quarantaine de kilomètres de là, une brigade anti-criminalité (BAC) en service à Petite-Forêt (Nord) aperçoit le véhicule des douanes, gyrophares allumés, en train de suivre le véhicule qui refuse d’obtempérer et s’enfuit vers Raismes, puis Valenciennes.

Tandis que l’Audi A3 circule à très vive allure dans la rue principale d’Anzin, sans tenir compte des feux de signalisation, les douanes et la BAC suivent à distance le véhicule en fuite. Lorsque le conducteur arrive à hauteur du rond-point place Roger Salengro, il aperçoit deux fonctionnaires de la GSP positionnés sur la chaussée et prêts à user leur herse pour dégonfler les pneus de l’Audi A3.

L’homme au volant emprunte le rond-point à contresens, percute volontairement l’un des deux policiers avant de terminer sa course dans un poteau. Il prend la fuite à pied mais est rapidement interpellé. 11 kilos d’héroïne sont découverts dans un sac situé côté passager à l’avant du véhicule, ainsi qu’un poing américain et un couteau de 8 cm.

Policier percuté à Anzin suite à un refus d'obtempérer : retour sur les faits ©FTV

Placé en garde à vue pour des faits de refus d’obtempérer, tentative d’homicide sur personne dépositaire de l’autorité publique mais aussi port, transport, cession acquisition, détention et importation de produits stupéfiants, le conducteur est toujours entendu dans les locaux de la Police Judiciaire de Lille en charge de l’enquête.

Sa garde à vue peut être prolongée jusqu’à 96 heures, soit jusqu’à vendredi 23 septembre, minuit au maximum. Pour l’heure, il réfute toute tentative d’homicide sur le policier. L'homme encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

Qui est Sadallah F., l’individu interpellé ?

Le conducteur est âgé de 29 ans. Connu des services de police, il a déjà été condamné à cinq reprises, à chaque fois devant des tribunaux des Hauts-de-France.

La première fois durant l’été 2016 par le tribunal de Senlis à un an d’emprisonnement dont 2 mois avec sursis pour transport, détention et acquisition de stupéfiants. Sa dernière condamnation pour interdiction de détenir une arme remonte à octobre 2020 par le tribunal de Saint Quentin.

Sans doute qu’il n’est pas à l’abri d’un certain nombre de sollicitations et qu’il s’est fait alpaguer par un certain nombre de personnes qui évoluent dans des milieux de stup.

Avocate de Sadallah F.

Ce père de famille avait par ailleurs déjà été condamné pour refus d’obtempérer aggravé en septembre 2019 à 10 mois de prison dont 4 avec sursis. Un aménagement de peine l’avait autorisé à porter un bracelet électronique et suivre sa détention à domicile plutôt qu’en maison d’arrêt, dans l’intérêt de poursuivre un travail.

Selon son avocate, qui conseille Sadallah F. depuis 2016, son client est "un conjoint gentil, un papa très attachant, un garçon courageux qui a travaillé durant tout son parcours. Sans doute qu’il n’est pas à l’abri d’un certain nombre de sollicitations et qu’il s’est fait alpaguer par un certain nombre de personnes qui évoluent dans des milieux de stup'".

Comment va Christian, le policier grièvement blessé ?

Le fonctionnaire de police percuté par le véhicule a été grièvement blessé à la hanche et au dos, sans que son pronostic vital ne soit engagé. Transporté au centre hospitalier de Valenciennes, ce quinquagénaire père de famille souffre d’une double fracture du sacrum lombaire.

Toujours hospitalisé ce mercredi 21 septembre, Christian "va bien", selon les mots du commissaire central de Valenciennes, Guillaume Tison. "Cela aurait pu être plus dramatique, il ne devrait pas avoir de conséquences neurologiques mais sa convalescence sera sans doute longue". Même si le bilan n’est pas définitif, il pourrait avoir au minimum deux mois d’interruption temporaire de travail (ITT).

Au lendemain de l’accident, une psychologue est venue rencontrer les collègues du fonctionnaire blessé dans les locaux du commissariat de Valenciennes. Guillaume Tison évoque un "état de choc avéré" dans les équipes, notamment parmi les fonctionnaires faisant partie du même équipage que Christian. "Ils seront suivis et accompagnés", précise-t-il.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité