• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

VIDEO. Hasnon : rencontre avec Raymonde Gradel, 66 ans, doyenne des footballeuses nordistes

Raymonde Gradel, à l'entraînement, à Hasnon. / © FRANCE 3 NORD PAS-DE-CALAIS
Raymonde Gradel, à l'entraînement, à Hasnon. / © FRANCE 3 NORD PAS-DE-CALAIS

Raymonde Gradel a 66 ans, dont 44 passés sur les terrains de football. Elle évolue encore aujourd'hui au sein du club de Hasnon (Nord), près Valenciennes. Même si le regard porté sur le foot féminin a évolué, elle estime qu'il n'est pas encore suffisamment exposé.

Par YF avec Narjis El Asraoui

A 66 ans, elle dribble, court, accélère et marque encore des buts, tout en distillant ses conseils à ses équipières du FC Hasnon. Avec 44 saisons à son actif, Raymonde Gradel est probablement l'une des doyennes des joueuses de football en France. "Pour son âge, elle se débrouille encore très bien", estime son entraîneur, Arnaud Vermeill. "C'est sûr qu'elle n'a plus le physique d'une jeune de 20 ans, mais techniquement, elle a encore des restes". 

Sur le terrain, en ce moment, son esprit est à la Coupe du monde qu'elle suit assidument. Elle espère que cet évènement mettra en lumière le foot féminin. "Les hommes nous volent encore des pages dans le journal", estime Raymonde. "C'est vrai qu'on devrait mettre plus en valeur, ce n'est pas encore suffisant. Il y a des pays où des femmes se lèvent à 4h du matin pour aller travailler et après elles vont à l'entraînement. Il faudrait aussi que toutes les joueuses deviennent professionnelles et qu'elles vivent de ça"
 
Hasnon : rencontre avec Raymonde Gradel, 66 ans, doyenne des footballeuses nordistes
Reportage de Narjis El Asraoui et Bertrand Théry.
 

Elle tape le cuir depuis 1975


C'est en 1975, à 21 ans, qu'elle a foulé pour la première fois un terrain de football, encouragée par son cousin. Depuis, elle n'a jamais cessé de jouer. Ses premières médailles qu'elle nous montre fièrement, datent des années 1980. "Vous pouvez remarquer qu'à cette époque-là, sur les médailles, ce sont des hommes".
 

A ses débuts au club de Fenain, le football féminin, peu populaire est une curiosité. Depuis, le jeu évolue et devient plus technique. "A l'époque, c'était plutôt du genre troupeau, on était à 5-6 sur une fille, maintenant chacun sait bien se placer", compare-t-elle.

Le seul regret de Raymonde est ne pas avoir chaussé les crampons plus tôt, pour pouvoir atteindre un niveau plus élevé. Mais la star hasnonaise du ballon rond ne semble pas décidée à prendre sa retraite sportive de sitôt. 
 

Sur le même sujet

Le boum de la culture du lin dans l'Oise

Les + Lus