Coronavirus : le diocèse de Lille prend des mesures en vidant les bénitiers des églises

Consigne écrite ce dimanche matin en la cathédrale Notre-Dame-de-la-Treille à Lille. / © ALI BENBOURNANE / FRANCE 3
Consigne écrite ce dimanche matin en la cathédrale Notre-Dame-de-la-Treille à Lille. / © ALI BENBOURNANE / FRANCE 3

Refuser de donner l'hostie dans la bouche des communiants, "vider les bénitiers" : plusieurs archevêques - dont celui de Lille - ont demandé aux prêtres de leurs paroisses de prendre des mesures contre la propagation du nouveau coronavirus. 

Par YF avec Ali Benbournane et AFP

"L'eau bénite a été retirée pour ne pas augmenter les risques de propagation du coronavirus", pouvait-on lire ce dimanche matin, à l'heure de la messe, au-dessus d'un bénitier de la cathédrale Notre-Dame-de-la-Treille à Lille. "Depuis mon enfance, je n'ai jamais vu ça, même quand il y avait la variole quand on était jeunes", s'étonne Patrick, un fidèle.
 

Des mesures de prévention identiques ont également été prises à Rennes, Lyon, Marseille ou Paris. Dans la capitale, un prêtre "rentré mi-février d'Italie, a été diagnostiqué positivement vendredi", selon un communiqué du diocèse.Ce prêtre résidait à Rome et a rejoint la France en traversant l'Italie en voiture. Agé de 43 ans, il a été pris en charge à l'hôpital Bichat à Paris et son état était jugé samedi "très rassurant".
 
Coronavirus : le diocèse de Lille prend des mesures en vidant les bénitiers des églises
Reportage d'Ali Benbournane et Mustapha Nezzari.

A Lille, l'archevêque Laurent Ulrich demande aux prêtres des paroisses de son diocèse de respecter plusieurs mesures lors des messes et dans les églises "afin de contribuer à la lutte contre cette épidémie". 
 

Consignes


Les prêtres doivent ainsi "proposer la communion uniquement dans les mains des fidèles et refuser de la donner dans la bouche". Il leur est demandé de "ne pas proposer de communion au calice pour les fidèles". Les concélébrants, qui célèbrent la messe aux côtés des prêtres, doivent "communier par intinction", c'est-à-dire de tremper l'hostie dans le vin plutôt que de boire au calice.
 

Aux fidèles, il est demandé "de ne pas échanger de poignée de main en signe de paix pendant les messes", et il ne pourront plus tremper leurs doigts dans l'eau bénite pour faire le signe de croix à leur entrée dans les églises, la consigne ayant été donnée dans les diocèses de "vider les bénitiers".
 
Dans l'Oise, l'un des principaux foyers de propagation du virus en France et où tous les rassemblements collectifs sont interdits, la célébration des messes est elle suspendue jusqu'à nouvel ordre dans les 41 paroisses du département. 
 

Sur le même sujet

Les + Lus