Wattrelos : un couple grièvement brûlé lors d'une dispute à son domicile

Image d'illustration. / © FREDERIK GILTAY / FRANCE 3
Image d'illustration. / © FREDERIK GILTAY / FRANCE 3

Un couple de quinquagénaires a été grièvement brûlé à son domicile à Wattrelos (Nord) dans la nuit de mercredi à jeudi, dans un incendie vraisemblablement provoqué par l'un d'eux au cours d'une dispute.
 

Par YF avec AFP

Appelés aux alentours de 23h30, plus d'une vingtaine de sapeurs-pompiers ont été mobilisés "pour un feu au rez-de-chaussée d'une maison" divisée en trois appartements, située rue de l'Union à Wattrelos, selon le centre opérationnel départemental d'incendie et de secours (CODIS) du Nord. 

"Gravement brûlés", les deux occupants de l'appartement, un homme et une femme âgés d'une cinquantaine d'années, ont été transportés au centre hospitalier de Lille et pris en charge par le service des grands brûlés.

Selon les premières constatations, l'incendie est "vraisemblablement" parti d'une "démarche volontaire de l'un des deux membres du couple dans le cadre d'une dispute", a déclaré une source proche de l'enquête.

Mais "en l'absence de témoins directs" du drame, ni "le déroulement des faits" ni les responsabilités de chacun "ne peuvent être établis à ce stade", a précisé cette source.
 

Aspergés de White Spirit ?


Selon une autre source policière, l'homme est soupçonné d'avoir aspergé sa compagne de White Spirit, un solvant hautement inflammable, avant d'y mettre le feu. La femme aurait alors réussi à prévenir les voisins pendant que son conjoint incendiait l'appartement.

Mais selon le maire de Wattrelos Dominique Baert, "les deux personnes ont été aspergées" de produit inflammable, et "il est bien trop tôt pour déterminer lequel des deux a provoqué l'incendie".

Le drame "est parti d'une dispute conjugale qui a mal tourné, sans doute sous l'effet de l'alcool", a ajouté M. Baert. Interrogé, le parquet de Lille a seulement confirmé que l'homme et la femme avaient été tous deux "hospitalisés dans la nuit dans un état sérieux".

"Une enquête est en cours (...), aucune hypothèse n'est privilégiée pour le moment", a ajouté le parquet.
 

Sur le même sujet

Les + Lus