L'équipe de France Junior de roller derby fait le plein de confiance avant la Coupe du monde

En stage à Calais du 18 au 21 mai, l'équipe de France Junior de roller derby a remporté ses deux matchs, en mixte et féminin, contre la Grande-Bretagne. Un résultat de bon augure avant la Coupe du monde qui aura lieu fin juillet dans la Drôme.

Deux victoires et des liens renforcés. L'équipe de France Junior de roller derby s'est réunie à Calais du 18 au 21 mai au complexe Coubertin afin de s'entraîner. Il s'agissait de l'avant-dernier stage de préparation avant la Coupe du monde, qui sera organisée à Valence (Drôme), les 28, 29 et 30 juillet. 

Les deux matchs de préparation organisés samedi contre l'équipe nationale de Grande-Bretagne ont été remportés par la France. Ces bons résultats permettent de confirmer un niveau compétitif au sein de la délégation tricolore junior de roller derby. 

"Le but de ce stage de quatre jours était de continuer à reformer un collectif et créer du lien. L'équipe de France n'avait pas participé à la précédente édition de cette Coupe du monde", explique Caroline Croigny, coach et coordinatrice de l'organiastion de la Coupe du monde pour la Fédération française de roller et skateboard (FFRS). 

Vingt sélectionnés pour la Coupe du monde

La calaisienne a également participé en 2011 à co-fonder l'Association Roller Derby Calaisis, qui organisait ce stage. À ses côtés, quatre membres du club font partie de la sélection nationale : Marion Dupuis, team manager, Cléa Demazeux-Smerc, joueuse pivot, Shanis Dernis et Kaylia Landry, toutes deux jammeuses. 

En juillet, c'est le collectif France Open (division mixte) qui se rendra à la Coupe du monde. Vingt jeunes de 13 à 18 ans ont été appelés, sur les vingt-six qui pouvaient prétendre à une place au sein de la sélection. La liste des heureux élus a été dévoilée ce dimanche matin, au terme du stage de préparation. "C'était un moment fort de ce week-end. C'était difficile de dire à certains qu'ils ne participeront pas à l'événement pour lequel ils se préparent depuis deux ans. On les a vus grandir et gagner en expérience", rapporte Caroline Croigny.

Grâce aux bonnes performances réalisées ce week-end et en avril dernier à Toronto, la coach espère voir ses protégés briller en juillet prochain lors de la Coupe du monde. Pour cela, il faudra certainement se mesurer aux sélections américaines, néo-zélandaises et australiennes, dont le niveau de jeu promet également d'être relevé.

Calais, place forte du roller derby en France

Le roller derby débarque en France vers 2010, aidé par Internet. "Quand on a commencé à s'intéresser au roller derby, il a fallu construire, comprendre le jeu, recruter... On regardait les Américaines qui publiaient des vidéos sur Youtube et Dailymotion", se souvient Caroline Croigny. 

La calaisienne participe ensuite à la création de l'Association Roller Derby Calaisis, profitant de l'absence de structures locales. "C'est ici qu'on a bâti la première équipe Junior", ajoute celle qui a arrêté de jouer pour se consacrer pleinement au coaching. "Au bout de dix ans, ça devient compliqué physiquement !", sourit-elle. 

Sport de contact, le roller derby mêle force, vitesse et agilité. Deux équipes de quinze joueurs ou joueuses s'affrontent pendant soixante minutes sur des patins à roulettes quads.

Aujourd'hui, la FFRS recense 4507 licenciés de roller derby dans l'hexagone.