Cet article date de plus de 3 ans

Mort de Yanis à Aire-sur-la-Lys : le beau-père et la mère mis en examen

Le beau-père et la mère de Yanis ont été mis en examen ce mardi. 
Yanis a été retrouvé mort, non loin de ce cabanon qui appartenait à son peau-père.
Yanis a été retrouvé mort, non loin de ce cabanon qui appartenait à son peau-père. © DOMINIQUE DUMONT/FRANCE 3
Le beau-père et la mère de Yanis, 5 ans, morts à Aire-sur-la-Lys ont été mis en examen ce mardi. Le beau-père, Julien Masson, pour les chefs "d'homicide volontaire sur mineur de moins de 15 ans, violences volontaires n'ayant pas entraîné d'incapacité totale de travail sur mineur de 15 ans par personne ayant autorité." Il risque la prison à perpétuité. 

La mère, Emilie Inglard, a été mis en examen pour "abstention volontaire d'empêcher un crime ou un délit contre l'intégrité d'une personne". Elle risque jusqu'à 5 ans de prison. Ils étaient toujours entendus par un juge d'instruction à 19h. Le procureur a indiqué que le beau-père de Yanis pleurait beaucoup depuis le début de sa garde à vue. La mère reste muette, sans réaction. Le beau-père, décrit "comme un survivaliste qui rêve de vivre en communauté avec ses quatre chiens", ne "se rend pas forcément compte de la gravité des faits", a précisé lors d'une conférence de presse le procureur de Boulogne-sur-Mer qui s'est saisi de l'enquête, Pascal Marconville. Quant à la mère, "elle est dans un autre monde", a-t-il poursuivi, précisant qu'elle avait expliqué lors de son audition que les corrections régulières qu'infligeaient le beau-père à l'enfant étaient "pour son bien et pour lui remettre les idées en place". La mère, 23 ans et le beau-père, 30 ans, tous deux sans emploi, étaient en couple depuis août 2015, sans autre enfant. Ils n'étaient pas connus des services sociaux de la ville.

Les deux devraient être placés en détention provisoire, demandé par le Parquet.

durée de la vidéo: 02 min 55
Mort de Yanis : la conférence de presse de Pascal Marconville, procureur de Boulogne-sur-mer

Avec une lampe torche

Les premières auditions du beau-père et de la mère ont permis d'en savoir plus sur les circonstances de la mort de Yanis, 5 ans. Le beau-père de l'enfant a bien reconnu qu'il "était très en colère" ce dimanche dans la nuit quand il a découvert que Yanis avait fait pipi au lit. Il a alors décidé d'une punition consistant à faire courir l'enfant dehors, dans le noir. L'enfant a été contraint de courir sur une distance de plusieurs kilomètres le long du canal de La Lys et il a chuté à deux reprises au moins. Il était vêtu d'une simple culotte humide à l'arrivée des secours. 

On sait également que Yanis a reçu des coups donnés avec une lampe torche. Cette dernière a été retrouvée cassée. "Le décès par traumatisme crânien, avec la présence d'hématomes sous-duraux, serait consécutif à plusieurs impacts qui seraient des coups de lampe-torche" infligés par le père, a expliqué Pascal Marconville.

 L'autopsie a permis également de découvrir des lésions au visage et des traces de coups sur les cervicales et dans le dos. Le Procureur de Boulogne-sur-mer a indiqué que Yanis était victime de violences régulières : "Il le corrigeait régulièrement pour son bien, a-t-il dit. Il le tapait notamment souvent sur le crâne avec le plat de la main." Julien Masson, vivait tous les week-ends dans le cabanon, où Yanis dormait dimanche. Sans eau, ni électricité, avec quatre chiens malinois.
Le procureur a également précisé que le couple cohabitait depuis un an. Avant cette cohabitation, Yanis ne souffrait pas d'énurésie (pipi au lit). Par ailleurs, le père qui a reconnu l'enfant et qui avait obtenu un droit de garde alternée n'est pas le père biologique de Yanis. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers