Après 17 ans de carrière, le cycliste de l'Oise William Bonnet dispute sa dernière course sur le Milan-Turin

La 102e édition du Milan-Turin mercredi 6 octobre sera sa dernière course. À 39 ans, le cycliste de l'Oise, William Bonnet, a décidé de mettre fin à sa carrière après 17 ans chez les professionnels. Un parcours marqué par une lourde chute en 2015 dont il a su se relever.

Le Milan-Turin 2021 sera sa dernière course. Mardi 6 octobre, William Bonnet prendra le départ de cette 102e édition avec ses coéquipiers de la Goupama FDJ avant de raccrocher définitivement chez les professionnels. 

À 39 ans, le coureur cycliste est arrivé au bout de ses capacités physiques : "c'était une décision logique, mon corps ne répond plus comme je le souhaiterais. C'est une page qui se tourne. J’ai fait 17 années chez les professionnels, c’est une fierté !", a-t-il confié via un communiqué. 

Originaire du Cher, William Bonnet débute sa carrière professionnelle en 2005, dans l'équipe cycliste Saint Michel-Auber 93 après une année passée à Nogent-sur-Oise. Une carrière qui débute sur les chapeaux de roue puisque c'est lors de sa première saison qu'il s'impose sur la course Paris-Corrèze. Deux ans plus tard, il participe à son premier Tour de France, mais c'est en 2008 que vient la consécration picarde avec une victoire sur le Grand Prix de la Somme complétée par une première place sur le grand prix d’Isbergues dans le Pas-de-Calais. S'ensuit un parcours professionnel remarquable, avec l’équipe BBox Bouygues télécom, puis avec la FDJ dès 2011. 

"J'ai une pensée pour Stéphane Javalet qui m'a fait confiance en 2005, lors de mes débuts, livre aujourd'hui William Bonnet. J’ai rencontré de belles personnes et vécu des expériences incroyables. Je remercie l’équipe Groupama-FDJ, je leur suis redevable."

"Je suis allé chercher des ressources que je n’imaginais même pas"

Puis en 2015, alors qu'il dispute son 7e Tour de France, c'est la chute. "C’est un souvenir douloureux", affirme-t-il. Sur la 3e étape, dans une descente à près de 75 km/h, le coureur tombe lourdement et entraîne une vingtaine de coureurs. Il est immédiatement emmené à l’hôpital où des examens médicaux révèlent une fracture de la deuxième vertèbre cervicale. Tout aurait pu s'arrêter là, mais non. Après plusieurs mois de rééducation, William Bonnet retrouve la route, revient sur le Tour de France en 2016 et décroche une 8e place aux championnats du monde disputés au Qatar la même année. "Je suis allé chercher des ressources que je n’imaginais même pas, ça m’a permis aussi de me renouveler", indique-t-il aujourd'hui. 

Lors des prochaines courses, il se montrera à la hauteur de ses coéquipiers et escortera les leaders de son équipe comme Thibaut Pinot. "D'un coureur de Classiques, je suis devenu un équipier pour les Grands Tours. Le rôle d’équiper m'a toujours plu. Plus jeune, mes modèles n'étaient pas les champions mais leurs équipiers. J'ai peu gagné durant ma carrière mais je suis fier de ce que j’ai accompli. La victoire de Thibaut au Lombardie était un grand moment, c'était une journée parfaite." 

Et c'est justement avec Thibaut Pinot que le Picard d'adoption prendra son dernier départ sur le Milan-Turin. "Avec Thibaut, on a connu beaucoup de choses : de grands moments et des mésaventures. Il sait que je l'apprécie, ça me tenait à cœur de faire ma dernière course à ses côtés", conclut-il.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cyclisme sport cyclisme sur route