FC Chambly : "c'était le moment", confie Fulvio Luzi après le départ de son frère Bruno, entraîneur du club depuis 2001

Le FC Chambly-Oise a annoncé ce 2 avril s'être séparé de son entraîneur historique Bruno Luzi, en poste depuis 2001. Selon son frère Fulvio, président du club, cette "décision mutuelle" intervient après "avoir tout tenté avec l'effectif actuel" afin de sauver le club d'une probable relégation.

À six matches de la fin de saison, le FC Chambly-Oise a décidé de se séparer de son entraîneur historique Bruno Luzi. La nouvelle a été annoncée par le club sur son compte Twitter en milieu de matinée ce 2 avril, au lendemain d'une défaite à domicile face à Châteauroux (0-2) qui vient alourdir une saison déjà médiocre de championnat de National (5 victoires seulement en 28 journées)

Après sept montées, une courte aventure en Ligue 2 puis deux relégations sous l'ère Bruno Luzi, une nouvelle relégation menace aujourd'hui ce club familial, qui pointe à la pénultième place. Fulvio Luzi, frère de l'intéressé et président du club, nous explique cette décision.

La décision du départ de Bruno Luzi est de votre fait ou plutôt une décision mutuelle ?

C'est davantage une décision mutuelle. Vous savez, on parle toujours ensemble avec Bruno. Ce matin [le 2 avril, NDLR], on a longuement discuté et on est tombés d'accord. C'était le moment.

Portant à 9 le nombre de matches consécutifs sans victoire en championnat, c'est cette nouvelle défaite face à La Berrichonne, ce 1er avril, qui a motivé ce changement ?

Oui et non. L'équipe, sous la direction de Bruno, a connu de bien meilleures saisons que celle-ci et, selon moi, de bien pires aussi. Cette année, nous avons tout essayé avec Bruno, mais rien ne fonctionne. On a un super effectif, tout le monde le dit. On a tout tenté avec eux, changé les entraînements, les stratégies, mais rien n'y fait. L'entraîneur représente l'équipe, il est mis en avant. Donc j'espère créer un électrochoc en prenant cette décision. Mais je suis assez pessimiste.

Bruno Luzi est entraîneur depuis 2001, avec qui le FC Chambly a connu sept montées puis deux relégations. L'équipe peut-elle se passer de ce repère ?

De toutes façons, nous avions convenu qu'il raccrochait en juin prochain. Son départ était acquis, mais il est intervenu plus tôt que prévu, suite à notre discussion de ce matin. Les Luzi sont indissociables du club, mais personne n'est irremplaçable : nous vieillissons, il faut penser au futur. Avec ce changement, nous espérons avoir fait le bon choix pour sauver l'équipe d'une relégation.

Chambly a trouvé un remplaçant ? Bruno Luzi a-t-il des pistes pour rebondir ?

Pour Bruno, il est encore trop tôt pour le dire. Nous le remplaçons par son adjoint Gaharo Doucouré. Il assurera la continuité.

Au delà de l'aspect professionnel, qu'est-ce que cela provoque chez vous de ne plus travailler avec votre frère ?

Ça fait quelque chose, c'est certain. Si on a tout tenté avec l'équipe actuelle, la porte du club ne lui est pas définitivement fermée, on pourra toujours collaborer ensemble à l'avenir. Ce départ, nous l'avons décidé ensemble pour le club. Je n'aurais jamais pu la prendre seul.