Grand format : hyper-connectés, les sapeurs-pompiers de l'Oise sont les rois de la communication

Grand format pompiers oise communication

Avant la prise de parole du ministre de l’Intérieur Gérard Collomb, attendue au congrès national des sapeurs-pompiers de Bourg-en-Bresse ce vendredi, focus sur les sapeurs-pompiers de l'Oise, devenus une référence nationale pour leur communication.

Par Mickael Guiho

63.000 interventions par an dans l’Oise. Autant d’histoires à raconter. Il y a près de 15 ans, Nicolas Mougin, chef du service communication, faisait du SDIS 60 un pionnier sur les réseaux sociaux.

Aujourd’hui, il dispose d’un véritable petit commando : photographe, pilote de drone, graphiste… prêts à diffuser, chaque jour, les événements auxquels les pompiers sont confrontés.

« Pour exister il faut se montrer, après c’est mieux de se montrer sous le meilleur jour, confie un chef de groupe. Les gendarmes l’ont compris. Nous on est toujours en recul, on a d’autres chats à fouetter. »
 
 

Séduire


Volontaires, mais trop occupés pour s’en charger eux-mêmes, les pompiers confient leur communication à un service interne dédié. Aurélien Dheilly, photographe en opération, est heureux de l’entente mutuelle construite avec le temps : « Ne pas gêner et ne pas se mettre en danger, ce sont les principales règles (…) Ils savent qu’on est là pour valoriser le travail et montrer une bonne image d’eux. »

Réaliser de beaux portraits, de belles images, et les diffuser 24/24 7/7 sur les réseaux sociaux : c’est l’occasion de séduire de nouvelles recrues, jamais trop nombreuses. C’est aussi un outil politique, un petit investissement qui justifie les autres.

Le conseil départemental finance un plan de 20 millions d’euros pour la rénovation des casernes et du matériel. « Il faut justifier l’engagement de moyens aussi conséquents et la communication permet de savoir où va l’argent », explique le contrôleur général Luc Corack, directeur du SDIS de l’Oise.
  

Informer


Si les pompiers de l’Oise ont bien réfléchi à ce qu’ils avaient à gagner dans cette affaire, ils restent avant tout au service de la population, y compris par leur communication.
 

Au service de la population parce que les photos et vidéos leur permettent d’améliorer leur travail en opération. Utilisées en interne pour le « RETEX » - le « retour d’expérience » -, elles sont décortiquées pour en tirer des leçons.

Au service de la population parce que certains documents sont fournis à la presse, pour diffuser des informations fiables au plus grand nombre. « Les faits, rien que les faits, martèle Nicolas Mougin. C’est pour informer la population d’un risque grave ou imminent (…) et éviter toute supputation ».

Au service de la population parce qu’ils poussent l’exercice jusqu’à réaliser des interviews d’eux-mêmes, pour renseigner oralement les internautes… et parfois pousser quelques coups de gueule.
 
Les pompiers dénoncent les incivilités


Jours de congrès


Depuis mercredi et jusqu’à samedi 14h, les sapeurs-pompiers tiennent leur 125e congrès national à Bourg-en-Bresse, dans l’Ain. Une grande fête populaire gratuite, sur deux sites, avec des démonstrations, des conférences et toutes sortes d’animations. Plus de 40.000 visiteurs sont attendus.

Ce vendredi soir, le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb doit participer au dîner du congrès. La Fédération nationale des sapeurs-pompiers attend des annonces notamment sur la répartition des tâches et des pouvoirs entre pompiers et SAMU, ainsi que la gestion des appels d’urgence. Elle dénonce un manque de dialogue entre les ministères de l’Intérieur et de la Santé.
 

Sur le même sujet

Les + Lus