Boxe : à Pont-Sainte-Maxence, Hugo Legros sacré champion de France des super-coqs

Le boxeur isarien s'est emparé ce samedi 31 octobre du titre de champion de France des super-coqs face à Thomas Barbier, tenant du titre. Le combat s'est disputé à huis clos. 
A l'issue du combat entre Thomas Barbier et Hugo Legros, ce samedi 31 octobre à Pont-Sainte-Maxence.
A l'issue du combat entre Thomas Barbier et Hugo Legros, ce samedi 31 octobre à Pont-Sainte-Maxence. © FTV / J.-L. Croci
Cette fois, la décision a été pour lui : ce samedi 31 octobre, Hugo Legros a décroché sa première ceinture de champion de France des super-coqs à Pont-Sainte-Maxence, dans l’Oise. Deux ans après une première tentative infructueuse, un changement de club et d’entraîneur, le choix s’est avéré payant. Il est parvenu à détrôner le tenant du titre Thomas Barbier, au terme d’un combat âprement disputé. 
 

C’était très, très physique. Des fois, je lui mettais des bombes et je sentais qu’il pliait et tout, mais… Mais il tenait. Franchement, il tient bien sa réputation. Je suis content du résultat final parce que, comme on dit, plus le combat est dur et plus la victoire est belle. Le combat était dur ce soir donc la victoire est magnifique.

Hugo Legros, après sa victoire

Dès le début de la rencontre, le Maxipontain a montré sa détermination face à un Normand expérimenté et endurant. Le combat, intense, s’est déroulé sans spectateurs. Huis clos oblige, seuls quelques bénévoles qui ont installé la salle ont pu applaudir la victoire d’Hugo Legros. "Je suis surtout triste pour les boxeurs, souligne Giovanni Boggia, son entraîneur, parce que sans public… Ça méritait 2000 personnes. Maintenant, je suis triste pour mes dirigeants aussi. On s’est arc-boutés pour faire vivre le sport, il faut continuer."
 
Pour tenter de compenser la perte de la billetterie et de la buvette, le club de Pont-Sainte-Maxence avait décidé de proposer un live Facebook payant. "C’est une recette d’avoir du public et ne pas en avoir est une dépense importante pour les clubs, souligne Franck Dourlans, président du Boxing Club Olympique Pont-Sainte-Maxence. Si on veut continuer à pouvoir organiser à huis clos, il va falloir trouver un système où on va avoir des recettes qui ne peuvent pas arriver par le public." L’événement est désormais accessible sur la page du club
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
boxe sport