Compiègne : un homme de 71 ans gravement blessé dans un accident impliquant un véhicule de gendarmerie

Publié le
Écrit par Paul-Antoine Leclercq avec AFP

Au cours d'une course poursuite, un véhicule de la gendarmerie nationale est entré en collision avec la voiture d'un couple de personnes âgées de 71 ans. L'homme, gravement blessé a été héliporté au CHU d'Amiens. Son pronostic vital est engagé.  

Jeudi 13 août à la mi-journée, un homme de 71 ans a été gravement blessé dans un accident impliquant un véhicule de la gendarmerie nationale. Les gendarmes étaient en pleine course poursuite avec un individu recherché dans le cadre de plusieurs enquêtes. Ils ont été stoppés par cette collision. 
 
Il était environ midi sur la RN 31 à Compiègne, quand l'accident a eu lieu entre "un véhicule de la gendarmerie nationale et une Renault Clio à bord de laquelle se trouvait un couple de personnes âgées de 71 ans", rapporte Virginie Girard, procureure de la République, dans un communiqué envoyé à l'AFP. 

Pronostic vital engagé

L'homme qui conduisait le véhicule "a été héliporté au CHU d'Amiens, souffrant de polytraumatismes, son pronostic vital serait engagé", rajoute-t-elle. Virginie Girard précise ensuite que "son épouse, dont les blessures sont moins sérieuses et dont les jours ne sont pas en danger, a été transportée au centre hospitalier de Compiègne". 

Les deux gendarmes légèrement blessés

A bord du véhicule de la gendarmerie, deux militaires du GIGN étaient dépéchés sur place pour une opération de police judiciaire. Selon le parquet de Compiègne, ils souffrent de blessures "relativement légères". Ils étaient à la poursuite d'une "personne recherchée dans le cadre de plusieurs enquêtes et qui venait, quelques kilomètres auparavant, de commettre un refus d'obtempérer en mettant en danger la vie des gendarmes". 

Deux enquêtes ouvertes

Jeudi soir, l'homme était toujours en fuite. Une enquête a été ouverte au chef de refus d'obtempérer avec mise en danger de la vie d'autrui, afin d'interpeller l'individu, rapporte l'AFP. 

Une autre enquête a été ouverte pour blessures involontaires ayant entraîné une ITT inférieure à 30 jours.