Coronavirus : les facteurs de Creil exercent leur droit de retrait

En Picardie, 26 bureaux de poste sont ouverts et 85% des facteurs continuent de partir en tournée. / © Franck Dubray/OUEST FRANCE/MAXPPP
En Picardie, 26 bureaux de poste sont ouverts et 85% des facteurs continuent de partir en tournée. / © Franck Dubray/OUEST FRANCE/MAXPPP

Mercredi 18 mars, les facteurs de la plateforme de Creil, dans l’Oise, ont décidé d’exercer leur droit de retrait pour préserver leur santé. Ils estiment que la direction de La Poste ne respecte pas toutes les mesures pour éviter la propagation du Covid-19.
 

Par MCP

"Sur le papier, tout est beau dans le meilleur des mondes mais en réalité tout n’est pas respecté". Jérôme Pottier, représentant syndical de la Fédération des salariés du secteur des activités postales (FAPT), ne cache pas son inquiétude.

Ce mercredi 18 mars, une grande majorité des agents de la plateforme postale de Creil ont fait valoir leur droit de retrait pour cesser le travail. "Il n’y a pas assez de gel hydroalcoolique et de lingettes désinfectantes, ajoute le secrétaire général CGT FAPT de l’Oise. Lorsque les agents viennent chercher le courrier à livrer le matin, ils sont plus de 100 rassemblés et il n’est pas possible de tenir 1 mètre de distance entre les salariés à cause de la configuration du bâtiment".
 

 

Pénurie de gel hydroalcoolique


Selon lui, un déficit de dialogue s’ajouterait au manque de matériel de protection. "La Poste change ses procédés tous les jours et doit s’adapter à la situation. Je sais que ce n’est pas facile, que des commandes de gel ne sont pas encore arrivées, mais nous devons protéger les salariés et demander à ce que tout soit mis en œuvre pour leur sécurité".

Inquiets, beaucoup de facteurs ont décidé de ne plus demander de signatures contre la livraison des colis afin d’éviter tout contact avec le client. "On a aussi plusieurs cas suspects dans l’entreprise donc ça crée des peurs chez les salariés" ajoute Jérôme Pottier.

Dans un communiqué diffusé sur les réseaux sociaux, la CGT précise que "la direction de La Poste ne prend pas la mesure de la crise sanitaire [...] et préfère privilégier ses activités financières au détriment de la santé de ses agents".
 



Continuité du service public


Contactée, la délégation régionale du groupe La Poste indique que "des commandes supplémentaires de gels hydroalcooliques et de lingettes désinfectantes sont en cours d’acheminement". Rouage indispensable du service public français, l’entreprise maintient la continuité de ses activités essentielles faisant toutefois quelques ajustements.

En Picardie, 26 bureaux de poste sont ouverts et 85% des facteurs continuent de partir en tournée. L’échange de courrier et l’envoi de colis sont toujours garantis. En revanche, le portage de repas aux personnes âgées se fait désormais sans contact avec le client.
 

Les mesures sont appliquées à géométrie variable


Avant Creil, des salariés de La Poste à Beauvais avaient déjà fait valoir leur droit de retrait pour demander de meilleures conditions d’hygiène. En revanche à Laon, dans l’Aisne, une source du syndicat SUD indique que les salariés ont bien du gel hydroalcoolique et des lingettes à disposition pour désinfecter le matériel. "La situation dépend des départements, précise Jérôme Pottier dans l’Oise. On constate que les mesures sont appliquées à géométrie variable".

À Creil, les salariés ayant fait valoir leur droit de retrait ont annoncé qu’ils ne reprendraient le travail que lorsque les mesures de protection seraient conformes à celles précisées par le ministère de la Santé.  
 

Sur le même sujet

Les + Lus