Coronavirus : près de 5 000 repas destinés aux cantines de l'Oise redistribués à des associations

Suite à la fermeture des établissements scolaires dans le département de l'Oise à cause de l'épidémie de coronavirus, des milliers de repas n'ont pas pu être servis dans les cantines. Certains ont donc été redistribués à des associations comme le SAMU social.
Des yaourts, des biscuits mais aussi des fruits et légumes destinés à des cantines ont été redistribués à des associations après la fermeture des établissements scolaires de l'Oise
Des yaourts, des biscuits mais aussi des fruits et légumes destinés à des cantines ont été redistribués à des associations après la fermeture des établissements scolaires de l'Oise © Samu social de l'Oise
C'est l'équivalent de près de 5 000 repas, qui au lieu d'être jetés, ont été redistribués à des associations en début de semaine. 

Les établissements scolaires étant fermés depuis un arrêté du 7 mars, des milliers de repas prévus pour les cantines n'ont pas pu être livrés. Plutôt que de les jeter, certaines mairies et le département de l'Oise en ont fait don au Samu social.

"Au départ, il s'agissait d'une centaine de repas, nous avons voulu remercier les mairies et le lycée Jean Rostand de Chantilly sur notre page Facebook, et je ne sais pas ce qu'il s'est passé, le post a pris une ampleur considérable", explique le directeur du Samu social de l'Oise, Stevens Duval. 
 

"Des milliers d'euros auraient pu partir à la poubelle"

Avec près de 1 200 partages sur ce post, l'initiative a été saluée sur le réseau social. À son tour, le département de l'Oise a ainsi contacté l'association. "À ce moment-là, ce n'est plus une centaine de repas, mais des milliers, on parle de 60 collèges...c'est énorme, ce sont des milliers d'euros qui auraient pu partir à la poubelle", s'étonne encore le directeur. 
 
Le Samu social a pris en charge une partie des repas, les autres ont été redistribués à des associations. Parmi la quantité impressionnante de nourriture (le département parle de 800 kilos d'aliments) des plats préparés en barquette, des yaourts, des biscuits, mais aussi de la viande, des fruits et légumes seront distribués dans les foyers d'hébergement, les accueils de jour ou lors des maraudes. "Les produits frais ont été donnés très vite, mais ils nous en restent encore jusqu'à la fin de la semaine", affirme Stevens Duval. 
 
Les premiers repas destinés à des cantines de l'Oise ont été redistribués au Samu social lundi 9 mars
Les premiers repas destinés à des cantines de l'Oise ont été redistribués au Samu social lundi 9 mars © Samu social de l'Oise
 

De la solidarité en pleine épidémie

Un don qui tombe bien pour les personnes dans le besoin surtout depuis le début de l'épidémie. "À cause du coronavirus, certaines associations comme l'épicerie solidaire ou les Restos du Coeur ont dû fermer", déplore Stevens Duval.

Avec l'ampleur du post Facebook, le directeur du Samu social a constaté un élan de solidarité. "Je ne sais pas comment l'expliquer, mais on a reçu énormément de messages, des personnes qui veulent nous faire des dons pas forcément de la nourriture", confie-t-il. 

Ce jeudi, le département a tenu à rappeler, en ce qui concerne les collèges, que les repas de la cantine ne seront pas facturés aux familles pour les jours où les établissements sont fermés, c'est-à-dire jusqu'au vendredi 20 mars.
  L'Oise est le département le plus touché par l'épidémie de coronavirus avec 11 morts et 152 cas recensés le mercredi 11 mars. Les établissements scolaires du département sont tous fermés jusqu'au 22 mars. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société solidarité