Un bilan positif pour la tribu du tri à Creil : "Nous sommes passés de six kilos de déchets à trois kilos par semaine"

L’opération la Tribu du tri, lancée par l’agglomération Creil-Sud-Oise en janvier dernier, pour sensibiliser les habitants au tri des déchets, touche à sa fin. Six mois de visites, d’ateliers et de rencontres pour une vingtaine de familles. C’est l’heure du bilan, plutôt prometteur.

Collecte en porte à porte, bornes spécialisées, mise à disposition de composteurs… À partir du 1er janvier 2024, les collectivités territoriales sont tenues de mettre en place un tri à la source des biodéchets pour les particuliers, dans le cadre du service public de gestion des déchets. Cela fait suite à la directive-cadre européenne sur les déchets et à la loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l'économie circulaire. L’agglomération Creil-Sud-Oise a décidé d’organiser l’opération Tribu du tri.

Les gestes écoresponsables

Nous avons rendez-vous avec la famille Rabaut-Lejeune, chez elle, à Villers-Saint-Paul. Romain, Stéphanie et leurs deux jeunes enfants se sont engagés dans cette opération pour réduire leurs déchets. Romain, nous emmène à l’extérieur, où sont entreposés les bacs jaunes et verts. C’est dans le bac à couvercle jaune qu’il dépose, chaque semaine, ses cartons, papiers et plastiques que la famille a accumulés dans un sac plastique. Et pour cette étape, Romain respecte scrupuleusement les règles du tri. "Lors de notre visite du centre de valorisation et de tri des déchets, organisé par l’agglomération, nous avons appris qu’il ne fallait pas mettre tous ces déchets dans un grand emballage sinon la machine ne peut pas faire le tri. On vide donc tout séparément dans le bac et on sépare les matières plutôt que de les superposer", explique le père de famille.

Avant, notre poubelle jaune débordait et maintenant, on peut la fermer sans problème. On y voit aussi un intérêt financier

Stéphanie, habitante de Villers-Saint-Paul

Visite du centre de tri, de la recyclerie, ateliers fabrication de cosmétiques et de produits ménagers maison, récupération… De nombreux ateliers ont été proposés aux familles durant les six mois de l’opération. Le couple a observé attentivement les gestes écoresponsables pour les reproduire à la maison. Stéphanie prépare désormais elle-même son liquide vaisselle et sa lessive. "Un demi-verre de copeaux de savon et de l’eau chaude dans un bocal, on mélange et une fois que c’est froid, on réutilise le récipient d’origine. On fabrique aussi nos lingettes et notre lessive en poudre et on a investi dans une yaourtière. Dans la poubelle, fini les pots de yaourts et les bidons en plastique. Avant, notre poubelle jaune débordait et maintenant, on peut la fermer sans problème. On y voit aussi un intérêt financier", assure Stéphanie.

La famille triait déjà ses déchets végétaux avant d’intégrer la Tribu du tri mais grâce aux ateliers, elle a perfectionné ses techniques. "On est devenu encore plus pro. On avait, par exemple, un compost trop humide. En y ajoutant des morceaux de carton sans impression, on a asséché la matière et on jette moins de carton à la poubelle. On sait aussi qu’il est possible de mettre des agrumes dans le compost", précise Romain.

Un bilan positif

Le jour de notre visite, l’Agglomération Creil-Sud-Oise organisait la dernière réunion de la Tribu du tri, en forme de bilan. Parmi les 19 familles qui ont participé à l’opération entre janvier et juillet 2024, certains nous ont confié avoir réduit de moitié leurs déchets. "Au fur et à mesure, on a mieux trié, optimisé, on a acheté moins d’emballages. Nous sommes passés de six kilos de déchets à trois kilos par semaine. Le composteur a vraiment fait son effet !", souligne cette participante, habitante de Nogent-sur-Oise.

Nous avons 70 % de déchets qui arrivent dans la poubelle d’ordures ménagères etqui ne devraient pas y être.

Isabelle Rose Massein, vice-présidente de l’agglomération Creil-Sud-Oise en charge des déchets.

L’opération a permis aux participants de corriger les erreurs qu’ils commettaient lors du tri et de mieux consommer, en évitant le gaspillage alimentaire. Mais pour l’agglomération Creil-Sud-Oise, le travail ne fait que commencer. "L’ACSO n’est pas très performante en termes de réduction des déchets. Nous avons 45 % des déchets qui pourraient aller dans le bio déchet et 18 % relèvent de la poubelle jaune, soit 70 % de déchets qui arrivent dans la poubelle d’ordures ménagères et qui ne devraient pas y être. Il nous faut organiser d’autres actions pour sensibiliser un maximum d’habitants", explique Isabelle Rose Massein, vice-présidente de l’agglomération Creil-Sud-Oise en charge des déchets.

La responsable assure qu’une nouvelle action est en projet. "La prochaine version de l’opération, ce sera le tri dans l’habitat collectif. Nous allons travailler sur des visuels que nous placerons dans les cages d’escalier et dans les locaux de poubelles. Il faut sensibiliser ces habitants. C’est un grand défi mais nous allons y arriver", annonce Isabelle Rose Massein.

L’objectif d’ici 2030, est de passer de 24 000 à 17 000 tonnes d’ordures ménagères produites par an, soit 30% de moins.

 

 

L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Hauts-de-France
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité