La maire de Noyon, Sandine Dauchelle, dont le mandat avait été invalidé, en tête du 1er tour des élections municipales

Au terme du premier tour des élections municipales à Noyon dans l'Oise, la maire sortante Sandrine Dauchelle (LR) arrive en tête, suivi de l'ancien édile Patrick Deguise (LREM). Les Noyonnais étaient contraints de revoter dimanche 10 octobre après l'annulation du scrutin pour irrégularités.

C'est peut-être le début de la fin d'un feuilleton qui dure depuis juin 2020. Dimanche 10 octobre, les Noyonnais étaient appelés à se rendre une nouvelle fois aux urnes pour élire leur maire. Au terme du premier tour, c'est finalement la maire élue l'an passé, Sandrine Dauchelle (LR) qui arrive en tête avec 42,89% des voix, suivi de l'ancien édile Patrick Deguise (LREM) avec 31,87% des suffrages.

Un lourd revers pour celui qui conteste depuis plus d'un an le résultat des élections. "C'est une déception bien évidemment, mais il y a deux tours, rien n'est joué, affirme-t-il. La situation est inversée, cette fois-ci c'est elle qui est en tête. À nous d'être sur le terrain cette semaine pour pouvoir mobiliser les Noyonnais. Je pense que tout est encore possible."

Depuis l'annonce du résultat en juin 2020, où Sandrine Dauchelle (LR) remporte la mairie d'une courte tête par 11 voix d'écart, son adversaire dénonce des irrégularités dans les votes. Le maire de Noyon de 2008 à 2020, dépose alors un recours faisant valoir une différence entre les votes comptabilisés et les signatures à l'émargement. Le tribunal administratif d'Amiens lui donne raison, estimant que sans ces votes irréguliers Patrick Deguise aurait pu être déclaré vainqueur et décide alors d'annuler l'élection. Une position adoptée par le Conseil d'État jeudi 22 juillet qui confirme que 12 votes sur 13 sont bien irréguliers et que l'élection doit être annulée.

Une victoire grâce aux alliances ?

Pour Sandrine Dauchelle, aujourd'hui c'est une première victoire qu'elle obtient, selon elle, grâce à son bilan : "je suis très contente, je pense que les Noyonnais ont voulu confirmer le changement qu'ils avaient voulu l'année dernière. Pendant un an, on a beaucoup travaillé et cela a donné du résultat malgré la période Covid."

Pour Patrick Deguise, c'est surtout le report de voix du RN qui a permis à Sandrine Dauchelle d'arriver en tête alors que la participation était en hausse de 6 points par rapport à 2020. "On s'aperçoit que cette stratégie, qui avait bien fonctionné au premier tour pour Madame Dauchelle, fonctionne aujourd'hui dès le premier tour", affirme-t-il. 

Pour l'emporter lors du second tour, et faire barrage à la droite, l'ancien maire devra peut-être chercher du soutien auprès d'Olivier Garde (SE), arrivé en troisième position avec 16% des suffrages. "On ne se positionne pas sur un schéma droite-gauche, ce n'est pas forcément ça, c'est qui a les capacités de gérer une ville et qui ne les a pas. Je pense effectivement que le RN a voté massivement Sandrine Dauchelle, ça leur réussit, mais je ne suis pas sûr que sur le long terme pour gérer une ville ce soit une grande réussite", confie le candidat sans étiquette.

Michel Guiniot, tête de liste du Rassemblement National arrivé 4e avec 9% des suffrages, n'a pas souhaité s'exprimer. Le second tour des élections aura lieu dimanche 17 octobre.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique élections