Oise : la maternité de Clermont fermera ses portes en 2019

Isariennes, il vous reste encore un an pour accoucher à la maternité de Clermont. L'établissement fermera ses portes fin 2018. Entre cette fermeture et la disparition annoncée de celle de Creil, l'avenir des maternités dans l'Oise semble menacé.

Un bébé né prématurément au Centre hospitalier de Lens. Photo d'illustration.
Un bébé né prématurément au Centre hospitalier de Lens. Photo d'illustration. © PHILIPPE HUGUEN / AFP
Plus aucun bébé ne naîtra bientôt à la maternité de Clermont ! Le service fermera ses portes en 2019 pour se transformer en centre périnatal. 

La raison ? Avec ses 360 naissances par an, la maternité ne pouvait pas garantir l'équilibre financier de l'hôpital. 

La ministre de la Santé Agnès Buzyn avait déclaré à l'Assemblée que "la reconstruction du service des urgences n'est pas remise en cause, mais doit s'inscrire dans un projet de réorganisation globale de l'offre de soins de l'établissement", qui "doit également intégrer la transformation de la maternité en centre périnatal de proximité."

durée de la vidéo: 01 min 51
Quel avenir pour les maternités de l'Oise ? ©France 3 Picardie

Elle répondait à une question du député (LR) de l'Oise Maxime Minot, qui ne cache pas sa déception.

"C'était une très belle maternité où il y avait vraiment un esprit de convivialité" regrette l'élu, car c'était "un petit service, donc forcément les soignants sont plus disponibles pour les jeunes mamans, et d'avoir officiellement la réponse de cette transformation en centre périnatal, c'est un grand déchirement."

Entre la fermeture de la maternité de Clermont et la disparition évoquée de celle de Creil, de nombreuses femmes enceintes pourraient se retrouver à une demi-heure de voiture de la maternité la plus proche.

Une possible carte des maternités de l'Oise dans le futur.
Une possible carte des maternités de l'Oise dans le futur.

En revanche, le gouvernement devrait investir 22 millions d'euros sur l'EHPAD et sur le service des urgences. La direction de l'hôpital n'a pas souhaité commenter cette décision 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société