• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

PMA : “Les raccourcis permettent de ne pas parler des vrais problèmes”, selon la député de l'Oise Agnès Thill

© Olivier Corsan/PHOTOPQR/LE PARISIEN/MAXPPP
© Olivier Corsan/PHOTOPQR/LE PARISIEN/MAXPPP

La député de l'Oise Agnès Thill est opposée à la procréation médicalement assistée (PMA). Elle a donné sa position concernant ce sujet à la commission spéciale chargée d'examiner le projet de loi relatif à la bioéthique à la demande des présidents et du rapporteur. 

Par Halima Najibi

Ce n'est pas la première fois qu'Agnès Thill prend position sur un sujet qui fâche, en novembre dernier, la députée LREM de l'Oise avait dénoncé "un puissant lobby LGBT à l'Assemblée nationale". Des propos condamnés par certains députés de son camp. Alors que le rapport parlementaire du député Jean-Louis Touraine sur la loi de bioéthique est favorable à la PMA pour les couples de lesbiennes et aux femmes, ainsi qu'à son remboursement par la sécurité sociale. Agnès Thill enfonce à nouveau le clou avec sa prise de position concernant ce sujet. 


Après l’examen du rapport de la mission d’information sur la révision de la loi de bioéthique, la mission a décidé, sur proposition du président, qu’il serait possible de joindre au rapport final des contributions individuelles, qui viendront en complément des éventuelles contributions rédigées au nom des groupes. Agnès Thill a  salué le travail remarquable de ses collègues mais elle a exprimé "quelques objections" 
 

La députée défend ses arguments 

 
 

Je me fais la porte-parole des Français qui ne sont pas tous favorables à la PMA, sans être pour autant homophobes, islamophobes ou tout autre qualification que l’on peut nous donner. Je pose des questions, je soulève des interrogations, je ne prétends pas convaincre, je ne milite pas avec la manif pour tous, je suis une femme, une mère qui, sur ces questions éthiques, a un avis à partager. Les insultes ne changeront en rien les voix, nombreuses, que ma mission d’élue porte. Il est nécessaire que chacun fasse preuve de bon sens et d’un juste discernement. Seul le débat pourra permettre à chacun de se forger son propre avis. Nous sommes en démocratie, chacun doit respecter l’autre.  


Dans sa contribution au débat sur la PMA, Agnès Thill estime notamment qu'accepter dans ce rapport l'idée de "parent d'intention" celui qui n'a pas de lien biologique avec l'enfant " permet la multiplication des parents" et que le mot parent "n'a alors plus aucun sens". Et la députée va encore plus loin dans son analyse.  

Il en découle politiquement, que cette absence de sens de genre dans le mot parent, favorise l’éclosion d’écoles coraniques et le départ de nos élèves vers celles-ci, pour l’avoir vécu en tant que directrice d’école en 2014 (...) Nos amis musulmans, que nous savons opposés à cet éloignement progressif des concepts de père-mère, homme-femme, pour le seul mot parent englobant ces mots, parent 1 parent 2, ne vont point dans la rue, ni dans les urnes, exprimer leur conception, mais ils vivent en créant un monde parallèle dans la République.

Mais la députée de l'Oise, défend sa prise de position, «ne parler que de ce passage de ma contribution individuelle au rapport de la révision de la loi bioéthique est un raccourci lapidaire qui arrange, ce sujet divise et on ne parle même plus du reste, du droit de la filiation, de la procréation post-mortem ouverte aux femmes seules dans un pays où de nombreuses femmes ont manifesté avec les gilets jaunes et qui ne s'en sortent pas financièrement. Ma contibution fait 9 pages».

Selon la députée, la polémique permet de ne pas regarder les autres problèmes que pose la révision de cette loi. «Les représentants de tous les cultes en France ont donné leur avis sur la PMA , les juifs n'étaient ni pour ni contre, les chrétiens étaient contre et les musulmans étaient contre puissance deux», ajoute la députée.   

Agnès Thill va demander un droit de réponse aux journaux qui n'ont retenu que son passage sur "l'éclosion d'écoles coraniques".        

Des propos, qui bien évidemment ont suscité de vives réactions de la part de ses collègues de la majorité. Sur Twitter la députée de l'Allier Laurence Vanceunebrock-Mialon à propos de la lettre d'Agnès Thill parle d'un "tapis de sottises qui stigmatise deux minorités en France". 

 


Le député du Val d'Oise Aurélien Taché demande "l'exclusion" d'Agnès Thill de LREM
 

Le rapport de la mission sur la bioéthique, qui vise à préparer le débat législatif, propose également la PMA post-mortem  (la conjointe d'un homme décédé aurait le droit de se faire inséminer avec son sperme, congelé avant son décès).

 

Sur le même sujet

Mon corps, j'en fais vraiment ce que je veux ?

Les + Lus