Sa façade s'était effondrée en 2019, le loto du patrimoine à la rescousse de la collégiale de Crépy-en-Valois

La collégiale de Crépy-en-Valois dans l'Oise a été retenue pour la 3e édition du loto du patrimoine. En 2019, la façade de ce bâtiment datant du XIIe siècle s'était effondrée. Il faudrait récolter au moins 1,2 million d'euros pour restaurer une partie de l'édifice.
La collégiale Saint-Thomas-de-Cantorbéry de Crépy-en-Valois
La collégiale Saint-Thomas-de-Cantorbéry de Crépy-en-Valois © FTV
C'est l'un des trois monuments retenus dans le cadre de la Mission du patrimoine en Picardie avec la chapelle des Templiers de Laon dans l'Aisne et l’église Notre-Dame de l’Assomption de la Neuville-lès-Corbie à Corbie dans la Somme. La collégiale Saint-Thomas-de-Cantorbéry située à Crépy-en-Valois dans l'Oise va pouvoir ainsi bénéficier de subventions afin d'être restaurée. 

Une excellente nouvelle pour le maire de la commune, Bruno Fortier. "Cette collégiale c'est notre ADN. Elle représente l'histoire de France mais aussi l'histoire de notre territoire", confie-t-il. 

Édifiée sous Philippe d'Alsace en 1182, l'église de style gothique est dédiée à Saint-Thomas-de-Cantorbéry, archevêque assassiné dans son église en 1170. Le bâtiment classé monument historique en 1875 a eu une vie tumultueuse. Il a été démoli entre 1805 et 1810. Plus récemment, la façade s'est effondrée le 21 juin 2019.

23 000 euros déjà récoltés

Les premiers travaux ont pu être réalisés grâce à la fondation du patrimoine. "Nous avons mis en place une souscription qui a déjà permis de récolter près de 23 000 euros", indique Bruno Fortier. 

Grâce à la mission Stéphane Bern, le maire de la commune espère pouvoir atteindre les fonds nécessaires pour au moins consolider la tour du clocher dont le montant des travaux s'élève à 1,2 millions d'euros. "Une concertation sera ensuite mise en place pour savoir ce que les habitants de Crépy-en-Valois veulent faire du bâtiment", annonce Bruno Fortier. 

Pour participer, les tickets du loto du patrimoine sont en vente depuis le 31 août dernier. Les débuts des travaux sont prévus dans 6 mois. Ils pourraient durer entre 5 et 10 ans. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
patrimoine culture