Visite d'Edouard Philippe à l'Oréal : le coup de gueule de notre journaliste

Marie Roussel n'a pas pu suivre la visite de l'usine L'Oréal à Lassigny dans l'Oise - Février 2018 / © France 3 Hauts-de-France
Marie Roussel n'a pas pu suivre la visite de l'usine L'Oréal à Lassigny dans l'Oise - Février 2018 / © France 3 Hauts-de-France

Le Premier ministre, Édouard Philippe, ainsi que le ministre de l'Économie, Bruno Lemaire, se sont rendus sur le site de production L'Oréal de Lassigny dans l'Oise. Une visite à laquelle notre journaliste n'a pas pu assister. 

Par E.E / France 3 Hauts-de-France

Ce vendredi 16 février, le Premier ministre et le ministre de l'Économie se rendent dans l'usine l'Oréal de Lassigny dans l'Oise. Objectif : présenter un plan pour protéger les entreprises françaises.

À cette visite, sont conviés nos journalistes de France 3. Oui, mais voilà, une fois sur place, seuls le journaliste reporter d'images et le preneur de son peuvent entrer, laissant notre rédactrice Marie Roussel avec ses questions et un simple dossier de presse... "Le livret explique que l'Oréal est un modèle d'excellence sociale et sociétale qui contribue au rayonnement économique de la France dans le monde", lit notre journaliste. Rien que ça...

Un magazine de mode ? Non juste le dossier de presse de L'Oréal. / © France 3 Hauts-de-France
Un magazine de mode ? Non juste le dossier de presse de L'Oréal. / © France 3 Hauts-de-France

Pourtant, des questions, elle en avait. Par exemple, comment les 475 salariés de Lassigny voient leur avenir au delà de ces annonces ? Aujourd'hui, ils travaillent de plus en plus avec des robots collaboratifs, un progrès technique selon les syndicats source de stress et d'isolement.

Seulement droit aux petits fours


"Je vais vous expliquer ce qu'est un reporter étymologiquement : c'est celui qui rend compte de ce qu'il a vu, or lors de cette visite, je n'ai rien vu", atteste Marie Roussel. La visite fut clairement verrouillée par Matignon, qui conviait tout de même nos journalistes au discours du Premier ministre dans une salle avec petits fours...

Un exercice qui éthiquement parlant n'est pas recevable. "Cela s'appelle de la communication, pas du journalisme", conclut Marie Roussel.



Sur le même sujet

​​​​​​​Wattignies : les salariés de Babou en grève pour dénoncer leurs conditions de travail

Les + Lus