À Oye-Plage, le sculpteur Sacha Fasquel donne naissance à une "Matelote" de plus de 3 mètres de haut

Depuis plusieurs mois, le ferrailleur d'art, Sacha Fasquel sculpte une Matelote géante, en inox de 3 métres 30 de hauteur. Une oeuvre commandée par la mairie d'Étaples et qui pése prés de 300 kilos.

La Matelote de Sacha Fasquel, ferrailleur d'art, une commande pour le port d'Étaples
La Matelote de Sacha Fasquel, ferrailleur d'art, une commande pour le port d'Étaples © I.Girardin
Le Calaisien Sacha Fasquel est peintre et sculpteur. Depuis plus de 15 ans, il travaille le fer, l'inox. Aujourd'hui, il termine une œuvre monumentale : une Matelote habillée en costume traditionnel du Boulonnais.

Une géante en inox trés vivante

Commandée par la ville d’Étaples-sur-Mer, l’œuvre ira rejoindre la statue du marin pêcheur du même gabarit déjà livrée par Sacha Fasquel en 2018. "La sculpture du marin est installée sur le giratoire du musée Maréis, à Étaples-sur-Mer. Je ne sais pas encore où ils mettront cette matelote ! 

Aujourd'hui, il termine le travail sur la jupe de la Matelote, en essayant de créer une idée de mouvement. " J'utilise des plaques d’inox, ça résiste mieux à l’air salin et c'est plus facile à sculpter. Pour donner l’aspect de la dentelle à certaines pièces, je croise des tôles trouées​​​​​​" explique-t-il cisaille à ferraille et baguette à souder à la main.
 Formé aux Beaux-Art de Tourcoing, Sacha Fasquel est spécialiste de la ferraille et réalise depuis plusieurs années des piéces de toutes les tailles. Inspirée de photos d’archives fournies par la mairie d'Étaples, la Matelote mesure 3 métres 30 et sera parée de boucles d'oreille traditionnelles. Elle pésera plus de 300 kilos.

Je dois me dépêcher de terminer car j'ai pris beaucoup de retard " soupire le ferrailleur d'Art. Car Sacha Fasquel a commencé à découper et souder ses premières pièces d’inox pour ce projet, il y a plus d'un an. " J’ai commencé ce travail en juillet 2019, j'aurai du terminé en mars dernier mais la crise sanitaire est passée par là. J'ai perdu mon atelier à Calais." 

Résidence d'artiste à la ferme Wessière de Oye-Plage

Suite à un désaccord avec le propriétaire de son atelier, Sacha a dû trouver un autre lieu pour terminer sa Matelote. Accueilli dans la ferme Wessière, grâce à l'Association Grange'Art, il s'y sent comme un coq en pâte : "Ici, je suis dorloté. Je me sens libre de créer sans contrainte. Je dispose d'un espace trés grand, c'est important pour travailler et surtout je peux faire autant de bruit que je veux ..."  C'est donc à Oye-plage, dans une grange de 150 métres carrés qu'il termine son œuvre dans quelques jours. La ferme Wessière, appartenant à Françoise Ghestin, ancienne enseignante d'Arts plastiques à la retraite, est devenue résidence d'artiste : " Cette ferme est dans ma famille depuis 7 générations. Trés vite s'est posée la question de son utilité et l'idée m'est venue d'en faire un lieu d'exposition des oeuvres des artistes locaux et puis logiquement d'acueillir des artistes en résidence.Sacha Fasquel est le deuxième artiste accueilli en résidence à Oye-Plage après Vyrüs. Le street-artiste Calaisien était resté une quinzaine de jours et avait laissé des traces de son passage sur les murs de la Grange.

"J'aime créer du lien avec les artistes " précise François " J'aime aussi pouvoir leur fournir une aide matérielle et une aide morale. Car un artiste ne peut pas librement créer si il a des tas d'autres choses à gérer, comme répondre à des appels à projets. Ainsi quand j'ai découvert les dessins de Sacha qu'il a réalisé durant le confinement, je lui ai tout de suite proposé de les relier. Une idée qui ne serait pas venue si il était resté isolé dans son atelier."

Une idée qui a donné naissance à un recueil nommé " Vagabondages dérogatoires." Françoise Ghestin espère voir s’accélérer le rythme des résidences d'artistes dans la grange de la ferme. Une ferme qui propose réguliérement des stages de céramique et qui fait aussi office de chambres d’hôtes et de gîtes, aujourd'hui bercée par les bruits de marteaux et de soudures de Sacha Fasquel.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
côte d'opale nature art culture sculpture