1940, la bataille de France au jour le jour : 23 mai, les Britanniques se replient vers Dunkerque

Un pilote britannique charge en munitions son Hawker Hurricane en France en 1940. Ces avions, basés à Lille-Seclin, allaient couvrir la retraite britannique dans le Nord. / © MEDIA DRUM WORLD/MAXPPP
Un pilote britannique charge en munitions son Hawker Hurricane en France en 1940. Ces avions, basés à Lille-Seclin, allaient couvrir la retraite britannique dans le Nord. / © MEDIA DRUM WORLD/MAXPPP

EPISODE 15 - C'était il y a 80 ans. Malgré la résistance des Alliés le long de l'Escaut, de la Lys et autour d'Arras, l'armée allemande poursuivait son avancée dans le nord de la France. Les Britanniques commençaient à se replier vers la côte pour rembarquer leurs troupes à Dunkerque. 

Par Gonzague Vandamme

Marc Bloch et l’Etat-major du groupe d’armées du Nord du général Blanchard arrivent au sud de Lille, au château d’Attiches "dans un très beau parc, une lourde bâtisse". Les Allemands, eux, sont déjà à Saint-Omer.
 

La ville est défendue par des Britanniques et des Français.  Le pont sur le canal devant la gare sera détruit au cours de ces combats pour ralentir l’avancée des Allemands.
 
La canal d'Aire près de La Bassée. / © GONZAGUE VANDAMME / FRANCE 3
La canal d'Aire près de La Bassée. / © GONZAGUE VANDAMME / FRANCE 3

A partir de ce 23 mai, les canaux vont être utilisés comme fossés antichars dans la région. Les troupes françaises, belges et britanniques, prises au piège, vont vendre chèrement leur peau le long de ces cours d’eau.
 
Des troupes allemandes franchissant un cours d'eau, dans le nord de la France, en 1940. / © Berliner Verlag/Archiv/picture alliance / ZB/MaxPPP
Des troupes allemandes franchissant un cours d'eau, dans le nord de la France, en 1940. / © Berliner Verlag/Archiv/picture alliance / ZB/MaxPPP

C’est notamment le cas près d’Aire-sur-la-Lys, où des unités françaises tiendront jusqu’au 28 mai, obligeant les Allemands à de durs combats pour passer les canaux.
 
 

Les Français résistent le long de l'Escaut


Sur l’Escaut, autour de Saint-Amand-les-Eaux, les combats font rage.
 

Au petit matin, les Allemands passent le pont d’Hergnies mais n’arrivent pas à aller plus loin. La division du Nord, essentiellement composée de soldats des régiments de Lille, Dunkerque, Cambrai et Douai, ne cède pas.
 
Le pont d'Hergnies de nos jours. / © FREDERIK GILTAY / FRANCE 3
Le pont d'Hergnies de nos jours. / © FREDERIK GILTAY / FRANCE 3
Le pont d'Hergnies au-dessus de l'Escaut. / © FREDERIK GILTAY / FRANCE 3
Le pont d'Hergnies au-dessus de l'Escaut. / © FREDERIK GILTAY / FRANCE 3
Le pont d'Hergnies. / © FREDERIK GILTAY / FRANCE 3
Le pont d'Hergnies. / © FREDERIK GILTAY / FRANCE 3

A Odomez, une commune voisine, les Allemands passent l’Escaut en force, mais là aussi ils sont bloqués. Des combats au corps-à-corps ont lieu dans les bois aux alentours.
 

Non loin de là, des Français se battent encore en Belgique. A Thulin, un régiment d’infanterie prend d’assaut le village à la baïonnette, faisant de nombreux prisonniers.
 

Les renforts allemands ne tardent pas et encerclent le 158e régiment d’infanterie. Les Français résisteront jusqu’à épuisement des munitions.  A 11h, 300 d’entre eux sont à leur tour faits prisonniers à quelques kilomètres de la frontière.
 
Le fort de la Tour du Moulin sur le front de l’Escaut. / © FREDERIK GILTAY / FRANCE 3
Le fort de la Tour du Moulin sur le front de l’Escaut. / © FREDERIK GILTAY / FRANCE 3
Les bois autour de Bruille-Saint-Amand où se déroulent les combats. / © FREDERIK GILTAY / FRANCE 3
Les bois autour de Bruille-Saint-Amand où se déroulent les combats. / © FREDERIK GILTAY / FRANCE 3

 

Les Britanniques évacuent Arras


A Arras, les Britanniques pensaient pouvoir résister et se sont retranchés pour bloquer les Allemands. Mais la Scarpe est franchie par la 12e division d’infanterie allemande non loin d’Athies.
 

A Maroeuil et Anzin-Saint-Aubin les défenses britanniques cèdent également. Au Mont-Saint-Eloi, les bombardiers Stukas multiplient les attaques sur les positions des Français qui doivent se retirer en combattant vers le bassin minier. Un colonel français est tué dans son char par une bombe d’avion, rapporte l'historien Dominique Lormier.
 
Le Mont-Saint-Eloi, au nord d'Arras. / © GONZAGUE VANDAMME / FRANCE 3
Le Mont-Saint-Eloi, au nord d'Arras. / © GONZAGUE VANDAMME / FRANCE 3
Canon anti-char français. Les groupes de reconnaissance étaient équipés de ce type de canon pour les combats d’arrière-garde en mai 1940. / © GONZAGUE VANDAMME / FRANCE 3 / Mémorial du Mont-Saint-Eloi
Canon anti-char français. Les groupes de reconnaissance étaient équipés de ce type de canon pour les combats d’arrière-garde en mai 1940. / © GONZAGUE VANDAMME / FRANCE 3 / Mémorial du Mont-Saint-Eloi
Tombes de soldats français du 4e Dragons Portés en 1940 près du Mont-Saint-Eloi. / © GONZAGUE VANDAMME / FRANCE 3 / Mémorial du Mont-Saint-Eloi
Tombes de soldats français du 4e Dragons Portés en 1940 près du Mont-Saint-Eloi. / © GONZAGUE VANDAMME / FRANCE 3 / Mémorial du Mont-Saint-Eloi
Le Mémorial du Mont-Saint-Eloi porte les noms de 57 soldats du 4e Dragons Portés morts au combat lors de la bataille d’Arras. / © GONZAGUE VANDAMME / FRANCE 3
Le Mémorial du Mont-Saint-Eloi porte les noms de 57 soldats du 4e Dragons Portés morts au combat lors de la bataille d’Arras. / © GONZAGUE VANDAMME / FRANCE 3


La ville d’Arras est désomais menacée d’encerclement, les Britanniques préparent l’évacuation qui doit avoir lieu dès la nuit tombée.
 
L’abbaye Saint-Vaast, près de la cathédrale d’Arras. C’est là que les Britanniques avaient installé leur quartier-général. Sur les murs, de nombreux impacts de balles témoignent de la violence des combats. / © GONZAGUE VANDAMME / FRANCE 3
L’abbaye Saint-Vaast, près de la cathédrale d’Arras. C’est là que les Britanniques avaient installé leur quartier-général. Sur les murs, de nombreux impacts de balles témoignent de la violence des combats. / © GONZAGUE VANDAMME / FRANCE 3
Impact de balle sur les murs de l'abbaye Saint-Vaast à Arras. / © GONZAGUE VANDAMME / FRANCE 3
Impact de balle sur les murs de l'abbaye Saint-Vaast à Arras. / © GONZAGUE VANDAMME / FRANCE 3

A Aubigny-en-Artois, des habitants sont réquisitionnés par les SS pour rassembler et enterrer dans une fosse commune les victimes civiles fusillées la veille. Environ 100 victimes sont à déplorer, des habitants mais aussi des réfugiés français et belges qui fuyaient les combats.
 

En Belgique, le long de la Lys, l’armée belge tente encore de bloquer l’avance allemande de Courtrai jusqu’à Gand. Pendant 5 jours, les Belges vont stopper les divisions allemandes, les repoussant parfois lors de violentes contre-attaques.  
 
Des blindés allemands en Belgique en mai 1940. / © Bundesarchiv, Bild 101I-127-0396-13A / Huschke / CC-BY-SA 3.0
Des blindés allemands en Belgique en mai 1940. / © Bundesarchiv, Bild 101I-127-0396-13A / Huschke / CC-BY-SA 3.0
Les lignes de front le 23 mai 1940 dans le nord de la France. / © Extrait "DIVIDE AND CONQUER" / FRANK CAPRA
Les lignes de front le 23 mai 1940 dans le nord de la France. / © Extrait "DIVIDE AND CONQUER" / FRANK CAPRA

 

L'étau se resserre sur Boulogne, Calais et Dunkerque


Les ports de Boulogne-sur-Mer, Calais et Dunkerque sont la cible de bombardements quotidiens ces derniers jours. Le maire de Dunkerque demande aux autorités militaires l’autorisation d’évacuer la population civile mais le gouverneur refuse.
 
Les fumées noires des incendies de la raffinerie et des dépôts de carburants de Dunkerque en mai 1940. / © MEDIA DRUM WORLD/MAXPPP
Les fumées noires des incendies de la raffinerie et des dépôts de carburants de Dunkerque en mai 1940. / © MEDIA DRUM WORLD/MAXPPP

Les routes de la région sont déjà saturées de réfugiés et les voies vers le sud de la France sont coupées par les Allemands. Autre mauvaise nouvelle pour les Dunkerquois, les canalisations d’eau douce ont été détruites par les bombardements.
 

Maintenant il faut chercher l’eau dans le canal, il n’y a plus ni gaz ni électricité. Les habitants auront finalement l’autorisation de se réfugier dans les villages autour de Dunkerque. La famille de Jacques Duquesne va se réfugier à Téteghem, à 5 kilomètres du centre-ville.
 

De même, beaucoup de gens du centre de la ville vinrent se réfugier près de nous et trouver asile, où ils pouvaient, leurs maisons étant réduites en cendres dans les rues principales.

Abbé Lecointe, vicaire de l’église Saint-Martin à Dunkerque.


Les habitants seront nombreux à rester dans les caves de leurs habitations, comme en témoigne l’abbé Lecointe, vicaire de 23 ans de l’église Saint-Martin : "Nous trouvâmes donc asile dans la cave où nous nous sentions plus en sécurité. Autour de nous, presque toute la population est là, d’abord parce que le quartier de la basse-ville était le moins bombardé et ensuite parce que ces familles modestes n’avaient pas les moyens de partir et n’avaient pas de point de chute à la campagne chez des amis. De même, beaucoup de gens du centre de la ville vinrent se réfugier près de nous et trouver asile, où ils pouvaient, leurs maisons étant réduites en cendres dans les rues principales" (cité par Dominique Lormier dans Les vérités cachées de la défaite de 1940).

Les terres autour de Dunkerque sont d’anciens marais, asséchés grâce à un système de canaux, écluses et pompes : les wateringues. La veille, les écluses ont été ouvertes pour assurer une inondation défensive de la ville. 25 000 hectares vont se recouvrir d’une eau saumâtre. Le Dunkerquois se transforme en une sorte de lagune dont la profondeur peut aller jusqu’à 2,4 mètres.
 
Des watergangs aux Moëres, près de Dunkerque. / © PHILIPPE HUGUEN / ARCHIVES / AFP
Des watergangs aux Moëres, près de Dunkerque. / © PHILIPPE HUGUEN / ARCHIVES / AFP

Boulogne-sur-mer est le premier port atteint par les Allemands. La bataille s’annonce mal car deux jours avant, un officier de la marine française a fait détruire les canons de batteries côtières pensant évacuer la ville avant l’arrivée des Allemands.

Aux premières heures de la matinée, 15 000 Allemands et 130 Panzer donnent l’assaut. Une dizaine de navires militaires français et sept britanniques pilonnent avec leurs canons l’avancée des Allemands qui tentent de progresser en direction du port. Les premiers chars qui s’avancent sont détruits par l’artillerie des navires.
 
Vue de l'Hôtel Impérial et du Kiosque, endommagés boulevard Sainte Beuve, à Boulogne-sur-mer, le 10 mai 1940. / © Archives municipales de Boulogne-sur-Mer - 29Fi197
Vue de l'Hôtel Impérial et du Kiosque, endommagés boulevard Sainte Beuve, à Boulogne-sur-mer, le 10 mai 1940. / © Archives municipales de Boulogne-sur-Mer - 29Fi197
Vue des dégâts du bombardement du 19 mai 1940 aux 8 et 10 de la rue Saint-Marc, à Boulogne-sur-mer. / © Archives municipales de Boulogne-sur-Mer - 29Fi205
Vue des dégâts du bombardement du 19 mai 1940 aux 8 et 10 de la rue Saint-Marc, à Boulogne-sur-mer. / © Archives municipales de Boulogne-sur-Mer - 29Fi205

L’aviation allemande est également gênée par des attaques des chasseurs Spitfire venus de l’Angleterre toute proche.
 
Le Spitfire MK I, célèbre et emblématique chausseur britannique, photographié en mai 1940. / © IWM HU 104755
Le Spitfire MK I, célèbre et emblématique chausseur britannique, photographié en mai 1940. / © IWM HU 104755

Les Allemands progressent lentement mais à 18h, le général britannique Fox Pitt reçoit l’ordre d’abandonner la ville et d’embarquer ses troupes.

En deux jours, 4600 hommes dont 800 Français et Belges seront évacués depuis Boulogne. Le soir du 23 mai ,seules quelques centaines de Britanniques qui n’ont pu évacuer et la garnison française résistent encore. 
 
Haute-ville et château de Boulogne-sur-mer où les hommes du général Lanquetot résisteront jusqu’au 25 mai 1940. / © FREDERIK GILTAY / FRANCE 3
Haute-ville et château de Boulogne-sur-mer où les hommes du général Lanquetot résisteront jusqu’au 25 mai 1940. / © FREDERIK GILTAY / FRANCE 3
Des réfugiés s’étaient abrités dans les caves du château de Boulogne-sur-mer pour échapper aux bombardements. / © FREDERIK GILTAY / FRANCE 3
Des réfugiés s’étaient abrités dans les caves du château de Boulogne-sur-mer pour échapper aux bombardements. / © FREDERIK GILTAY / FRANCE 3
Les remparts de la Haute-ville à Boulogne-sur-mer. / © FREDERIK GILTAY / FRANCE 3
Les remparts de la Haute-ville à Boulogne-sur-mer. / © FREDERIK GILTAY / FRANCE 3

Calais est attaquée également. Au cap Gris-Nez, des marins français bloquent les Allemands quelques heures sur la route de Calais grâce à leur artillerie. La 10e Panzerdivision est forte de 14 000 hommes et 140 chars. Face à elle, Calais est défendue par 3000 Britanniques, 1000 Français et une soixantaine de chars.
 
Les artilleurs britanniques du 3e Medium Regiment, près de Calais, le 30 mars 1940. / © IWM F 3478
Les artilleurs britanniques du 3e Medium Regiment, près de Calais, le 30 mars 1940. / © IWM F 3478
Le cap Gris-Nez, vu de Wissant. / © FREDERIK GILTAY / FRANCE 3
Le cap Gris-Nez, vu de Wissant. / © FREDERIK GILTAY / FRANCE 3


Ce 23 mai en voulant ralentir l’avancée allemande, 24 chars britanniques sont détruits par les blindés allemands aux abords de la ville.
 
Un char britannique détruit à Calais. / © A l’assaut des mémoires
Un char britannique détruit à Calais. / © A l’assaut des mémoires

Les défenseurs se retranchent derrière les canaux qui entourent Calais et dans la Citadelle.
 
La ville de Calais aujourd'hui. / © FREDERIK GILTAY / FRANCE 3
La ville de Calais aujourd'hui. / © FREDERIK GILTAY / FRANCE 3
La citadelle de Calais. / © FREDERIK GILTAY / FRANCE 3
La citadelle de Calais. / © FREDERIK GILTAY / FRANCE 3

 

Depuis Lille-Seclin, la Royal Air Force couvre le repli britannique


L’aviation britannique couvre le retrait de ses troupes vers le littoral. En 1939, la Royal Air Force a installé des escadrons de chasse équipés d’Hurricane dans le nord de la France.
 
Des Hawker Hurricane Mark I sur la base de Lille-Seclin en 1940. / © IWM C 1153
Des Hawker Hurricane Mark I sur la base de Lille-Seclin en 1940. / © IWM C 1153

L’Etat-major de la RAF n’a pas voulu déployer en France ses tout nouveaux chasseurs, les redoutables Spitfire. Ces avions sont les seuls à supplanter techniquement les Messerchmitt allemands, alors les Britanniques veulent les conserver pour la défense de l’Angleterre.
 
Les pilotes de l'escadron 85 de la RAF à l'entraînement à la base de Lille-Seclin. / © IWM C 465
Les pilotes de l'escadron 85 de la RAF à l'entraînement à la base de Lille-Seclin. / © IWM C 465

Les Hurricane, plus lents mais plus robustes que les Spitfire, ont assuré l’essentiel des attaques contre les Allemands en mai 1940, payant un lourd tribut. Après une semaine de combats, seules 3 des escadrilles de la RAF en France étaient encore opérationnelles.
 
Un pilote britannique, le sergent G. "Sammy" Allard de l'escadron 85 de la RAF, revient à la base de Lille-Seclin, le 10 mai 1940, après avoir abattu deux Heinkel He 111 allemands aux commandes de son Hawker Hurricane Mark I. / © IWM C1512
Un pilote britannique, le sergent G. "Sammy" Allard de l'escadron 85 de la RAF, revient à la base de Lille-Seclin, le 10 mai 1940, après avoir abattu deux Heinkel He 111 allemands aux commandes de son Hawker Hurricane Mark I. / © IWM C1512
Le personnel de l'escadron 85 de la RAF scrutant le ciel à Lille-Seclin vers le 10-12 mai 1940. / © IWM C 1521
Le personnel de l'escadron 85 de la RAF scrutant le ciel à Lille-Seclin vers le 10-12 mai 1940. / © IWM C 1521

Deux de ces escadrilles étaient installées sur l’aérodrome de Seclin-Enchemont. Les Anglais baptisent ce champ d’aviation "Lille-Seclin".
 

Pas de piste en dur, il ne s’agit que d’étendues de gazon, des bombardiers ne peuvent pas y atterrir. Lorsque les Allemands vont s’emparer de Lille, ils implanteront une énorme base aérienne, la Flugplatz "Lille-Vendeville" qui aura un rôle important dans la bataille d’Angleterre.

Jusqu’en 1939, les autorités civiles françaises voulaient développer un aéroport important au nord de Lille, à Bondues. Ce sont les hasards de la guerre qui ont fait que Lesquin s’est développé entre 1939 et 1944 et sera finalement choisi comme emplacement de l’aéroport international de Lille.
 
Les pilotes de l'escadron 87 de la RAF à l'entraînement en novembre 1939 à Lille-Seclin. / © IWM C 468
Les pilotes de l'escadron 87 de la RAF à l'entraînement en novembre 1939 à Lille-Seclin. / © IWM C 468

Ce 23 mai 1940, dans la soirée, le major britannique Archale vient rendre visite à son ami le commandant français Fauvelle. Ce n’est pas une simple visite amicale mais plutôt des adieux.

D’après l’historien Dominique Lormier, l’officier anglais brise le secret défense et explique à son ami que les troupes britanniques vont quitter la France en embarquant à Dunkerque. Au même moment les troupes britanniques accélèrent leur repli vers le nord et commencent à faire sauter les ponts sur la Deûle entre Lens et Lille.
 
Sur la route de colline de Lorette, un char Matilda sabordé et abandonné par son équipage pendant le repli des Britanniques. / © Ville d'Arras / Fonds Documentaire Alain Jacques
Sur la route de colline de Lorette, un char Matilda sabordé et abandonné par son équipage pendant le repli des Britanniques. / © Ville d'Arras / Fonds Documentaire Alain Jacques

En arrivant en haut de Notre-Dame-de-Lorette ce 23 mai, les soldats allemands peuvent lire l’inscription sur le mémorial de 14/18 : "Qui tient Notre-Dame-de-Lorette tient la France".


► La suite de notre série demain avec la journée du 24 mai 1940. Vous pouvez relire les épisodes précédents dans le récapitulatif ci-dessous :
 

 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus