Berck : la consommation d'eau potable déconseillée aux personnes fragiles et enceintes

© F.GILTAY
© F.GILTAY

Un échantillon d'eau du robinet, distribuée sur la commune de Rang-du-fliers, montre une teneur en nitrates supérieure à la norme fixé par la communauté européenne. La Communauté d’agglomération des Deux Baies en Montreuillois et les mairies déconseillent aux personnes fragiles de la consommer.

Par Isabelle Girardin

C'est un échantillon prélevé le 2 septembre et analysé dans les laboratoires de l'Agence Régionale de Santé - ARS - qui montre une teneur en nitrates supérieure à la norme. Fixée par la communauté européenne à 50 mg/l, le taux présent dans l’échantillon de rang-du-Fliers est de 56,5 mg/l.

Cette eau provenant du forage d'Airon-Saint-vaast alimente prés de 20 000 personnes sur les communes de Berck, Rang du Fliers, les 2 Airons et une partie de Verton.
 

Un relevé du 2 septembre à Rang-du-Fliers


La Communauté d’agglomération des Deux Baies en Montreuillois  déconseillent donc, aux personnes agées, aux femmes enceintes, allaitantes et aux nourrissons de consommer l’eau du robinet. "En attendant que la situation redevienne normale, nous recommandons au public fragile de ne pas la consommer et d'attendre le prochain relevé" précise Romain Roger, en charge du cabinet du maire de Berck-sur-mer.

"C'est un phénoméne récurrent, certainement lié aux conditions météorologiques" ajoute-t-il, "c'est trés fréquent mais déconseiller n'est pas qui interdire totalement la consommation de l'eau potable."
 


Présence de relevés supérieur 50 mg/l réguliers


Plusieurs relevés ont effectivement montré que cette année 2018/2019, les taux de nitrates ont été réguliérement supérieur à 50 mg/l. En septembre 2018, il était de 52,4 mg/l.

Les fertilisants agricoles, le fumier, les rejets domestiques d’eaux usées et la décomposition d’organismes végétaux et animaux figurent parmi les sources les plus importantes de nitrates-nitrites. Compte tenu de leur très grande solubilité dans l’eau, ils peuvent migrer facilement dans le sol et se retrouver dans les eaux souterraines servant de sources d’approvisionnement en eau potable.

Les élus attendent de nouvelles analyses prochainement.

 

Sur le même sujet

Les + Lus