A Béthune, la maternité de la clinique d'Artois contrainte de fermer les week-ends, faute de personnel

La maternité de la clinique d'Artois, à Béthune, ne sera plus opérationnelle le weekend pendant le mois de juin, au moins. En cause, un manque de personnel tel qu'il n'est plus possible d'assurer les accouchements en toute sécurité.

Une décision de raison, prise à reculons : la clinique Anne d'Artois, basée à Béthune (62), ferme son service maternité pour l'ensemble des week-ends de juin. Faute de personnel, le bloc obstétrical ne peut plus fonctionner normalement. 

"Nous avons des difficultés de recrutement, comme au niveau national. En l'occurrence, nous avons des personnes en arrêt maladie, et nous ne trouvons pas de remplaçants" explique la communication de la clinique. Au planning, il n'y a pas assez de personnel, et notamment de sages-femmes et infirmières, pour ouvrir 7 jours sur 7. "On aurait pu fermer en mercredi-jeudi, par exemple, mais on a choisi d'assurer toute la semaine une prise en charge complète et continue toute la semaine."

Les patientes orientées vers les autres maternités du secteur

A Béthune, la seule autre maternité est celle du centre hospitalier, distant de quelque six kilomètres. La clinique Anne d'Artois suit d'ordinaire environ 550 grossesses par an. Le service communication affirme que toutes les patientes suivies actuellement ont été averties de cette disposition forcée par la crise du personnel hospitalier.

Les patientes qui se présenteraient tout de même seront accueillies aux urgences puis redirigées vers le centre hospitalier de Béthune, ou la polyclinique de la Clarence, basée à Divion, elle à plus de 20km de distance.

Cette situation pourrait se prolonger au-delà du mois de juin, si la clinique Anne d'Artois ne parvient pas à compléter ses effectifs. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité