• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Béthune : rassemblement de soutien à la famille d'Henri Lenfant, tué par un gendarme

Ce samedi 19 janvier, à Béthune. / © DR
Ce samedi 19 janvier, à Béthune. / © DR

Plusieurs dizaines de personnes se sont rassemblées ce samedi après-midi à Béthune, en soutien à la famille d'henri Lenfant, membre de la communauté des gens du voyage tué lors d'une opération de gendarmerie fin septembre à Fouquières-les-Lens.

Par TM

"Ma première question pourquoi ils ont mis le GIGN sur Henri, qui n'a jamais été jugé pour violences ? Si c'était nous qui avions commis les faits, on serait déjà incarcéré ! pourquoi le gendarme est seulement sous contrôle judiciaire et pas en prison ?" Aude Labalette, compagne d'Henri Lenfant, abattu par un gendarme dans la nuit du 27 au 28 septembre 2018 à Fouquières-les-Lens, se pose encore beaucoup de questions sur la mort du jeune homme de 25 ans.

Et famille de cet homme, membre de la communauté des gens du voyage, exige une entrevue avec le juge d'instruction en charge de l'affaire pour obtenir des réponses. Une revendication que les proches d'Henri Lenfant vont porter ce samedi 19 janvier au tribunal de Béthune, avec quelques dizaines de soutiens. "Ça fait 4 mois maintenant que la famille n'a aucun contact avec la justice. Ils ne savent pas pourquoi ce gendarme a tué Henri Lenfant. Et on sait maintenant qu'il a pris une balle dans la nuque", commente Gérard, qui fait partie du cortège.

 


Filature qui tourne au drame


Henri Lenfant est mort par balle lors d'une opération de gendarmerie, dans le cadre d'une enquête pour des faits de vols commis en bande organisée. Dans la nuit du 27 au 28 septembre, des gendarmes qui suivaient trois individus ont voulu procéder à leur interpellation, non loin du campement de gens du voyage de Fouquières-les-Lens.

Un homme s'est enfui, un second a été arrêté et le troisième, Henri Lenfant, a reçu une balle alors qu'il se trouvait dans une voiture. Le tireur était un membre du GIGN.

Mis en examen pour "violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner, commises par personne dépositaire de l'autorité publique", le gendarme en cause a été laissé libre et placé sous contrôle judiciaire.

 

Ce samedi, des membres de la famille d'Angelo Garand, un homme en cavale tué par deux membres du GIGN le 30 mars 2017, sont venus de Tours pour soutenir la famille d'Henri Lenfant à Béthune. Dans cette affaire, les deux militaires ont bénéficié d'un non-lieu, la justice ayant retenu la légitime défense.
 
Les proches d'Henri Lenfant, rassemblés à Béthune. / © DR
Les proches d'Henri Lenfant, rassemblés à Béthune. / © DR


 

Sur le même sujet

Je t'aime à l'européenne : la famille (épisode 4/5)

Les + Lus