• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Béthune remonte le temps jusqu'aux fifties avec son Rétro festival

Plus de 70 000 personnes y ont participé cette année. / © France TV
Plus de 70 000 personnes y ont participé cette année. / © France TV

Le vintage était à l'honneur pour la 16e édition du Béthune Rétro Festival. Des adeptes aux looks des années 40', 50', 60' arpentaient les rues. Et certains font revivre cette époque chaque week-end en voyageant d'une ville à l'autre.

Par Margot Desmas avec Myriam Schelcher et Anaïs Recouly

Elles ont la passion des fitfies jusqu'au bout des ongles. Bienvenue chez les nostalgiques de l'après guerre ! Toujours prêtes à courir d'un festival à l'autre, d'un madison à un rock endiablé. Cette époque où Elvis et Jerry Lee Lewis étaient des dieux, le temps des bananes et des bigoudis qu'on laissait poser la nuit.

"En tant que femme, je trouve que cette époque est vraiment l'incarnation de la féminité et l'élégance", estime une participante. "On se retrouve un peu en tant que femmes timides, mais ce n'est qu'une apparence... parce qu'elles portaient des portes-jarretelles !", reprend une autre. Faussement sages les icônes des fifties...
 
Béthune remonte le temps jusqu'aux fifties avec son Rétro festival
>> Myriam Schelcher et Anaïs Recouly

Soixante ans plus tard en tous cas, elles font toujours rêver avec leurs accessoires incroyables. Et quand Béthune se met à l'heure rétro, tout est là pour se composer un look sur mesure.

"Ce que j'aime bien, c'est les coiffures, le make up, les robes... Tout ce qui fait d'une femme, une femme !", explique une acheteuse. Et être une femme, ça prend du temps. "Ma coiffure m'a pris deux heures à faire. Après, il y a une heure de maquillage et la plupart de mes vêtements, je les fais. Ou je les chine et je les mets à ma taille", détaille une participante.

Bien sûr, Béthune Retro n'est pas qu'une ode à l'éternel féminin et à ses contraintes. Pendant trois jours, les 70 000 visiteurs ont aussi pu admirer ces grosses cylindrées américaines et leur chromes rutilants. Toujours et encore une histoire de belles courbes.

 

Sur le même sujet

Le saxophoniste Arnold Pol joue Jubel

Les + Lus