Au lycée maritime de Boulogne-sur-Mer le Portel, les futurs marins apprennent à naviguer sur un simulateur

Un simulateur de navigation est en service au lycée maritime de Boulogne-Le Portel. Il permet aux élèves d'apprendre à manœuvrer en toute sécurité des mastodontes des mers.

© France 3 Littoral Hauts-de-France

Devant leurs écrans, Gabriel et Enzo essaient de faire accoster leur navire de pêche dans le port de Douvres en Angleterre, un port où le trafic maritime est particulièrement dense.


C'est l'exercice presque grandeur nature que leur a concocté aujourd'hui leur professeur du lycée martime de Boulogne-Le Portel. L'établissement qui forme les jeunes à devenir les marins de demain a investi dans du matériel de pointe : un simulateur de navigation, pour les aider dans leur apprentissage. 

 

Un simulateur de navigation pour les élèves du lycée maritime de Boulogne-Le Portel

 

Comme sur un vrai navire

Avec ce simulateur, les élèves sont en situation comme s'ils étaient réellement à la barre d'un bateau, dans des décors très réalistes. Ils peuvent apprendre de leurs erreurs en toute sécurité. 
"Tout s'est bien passé au début mais on s'est échoué dans un banc de sable, alors le professeur a dû nous secourir", explique Emma Noël, élève de première.

Dans toutes les conditions

Depuis son ordinateur, le professeur, ancien officier de la marine marchande, peut à tout moment décider des conditions de navigation qu'il va imposer à ses élèves. "Je peux les emmener en enfer" s'amuse Jacques Burbridge, "les faire naviguer par tous les temps : force 12, avec de la pluie, de la neige, je peux les mettre dans une noirceur totale ! "

Le lycée a investi plus de 200 000 euros pour cet équipement dernier cri. "Le simulateur est un outil extraordinaire" se réjouit Eliane Maheut, directrice du lycée maritime. "Il faut donner les moyens de réussite aux élèves, car même s'ils vont en stage dans les entreprises, ils ne pourront pas prendre la barre. Du coup ici, on peut faire des exercices pratiques réels."

Si le simulateur est fidèle à la réalité, les apprentis marins le savent : dans quelques années, ils devront se débrouiller seuls à la barre de leur propre bateau.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
côte d'opale nature parcs et régions naturelles transports maritimes économie transports pêche éducation société