• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Boulogne-sur-Mer : auprès des pêcheurs, l'eurodéputée EELV Karima Delli plaide le retour à “une échelle de proximité”

Karima Delli députée européenne EELV à la rencontre des acteurs de la pêche artisanale à Boulogne-sur-Mer / © France 3 Côte d'Opale- Pascal Mahieu
Karima Delli députée européenne EELV à la rencontre des acteurs de la pêche artisanale à Boulogne-sur-Mer / © France 3 Côte d'Opale- Pascal Mahieu

Comme un petit air de campagne électorale ce matin sur le port de Boulogne-sur-mer.

Par Corinne Sala

L'eurodéputée nordiste (EELV) Karima Delli était en visite ce mardi à Boulogne-sur-Mer, à un mois des élections européennes. C'est Stéphane Pinto, représentant des fileyeurs, qui s'est chargé des présentations, devant les aubettes où est vendu le poisson tous les matins : "Je vous présente Karima Delli qui nous a défendus contre la pêche électrique".
 

Mais le vice-président du comité régional des pêches des Hauts-de-France interpelle rapidement la candidate au prochain scrutin européen : "Normalement, aujourd'hui on devrait avoir de la sole. Là il n'y a même pas cent balles de marchandises pour une entreprise à qui il faut minimum 1500 euros par jour".

 

"La situation est catastrophique"

Face à ce constat alarmant, Karima Delli ne peut qu'acquiescer: "On ne peut plus vider les mers comme on l'a fait ces dernières années. Il faut que l'Union européenne tende vers une nouvelle politique de pêche, soutenable pour la ressource et soutenable aussi pour les pêcheurs artisans". En sixième position sur la liste EELV de Yannick Jadot, la députée européenne originaire de Tourcoing défend également la pêche durable : "La technique de pêche la plus durable selon nous, c'est celle que font ces artisans. Nous n'avons plus besoin de gros bateaux. Il faut revenir à une échelle de proximité".

 

"Je salue leur travail"

Selon Stéphane Pinto, sur le premier trimestre 2019, les prises de sole sont en baisse de 44 à 74 % par rapport au premier trimestre 2018. Le représentant des fileyeurs craint pour la flotille des Hauts-de-France et ses 43 navires, dont 28 se trouvent à Boulogne-sur-Mer. Et lui aussi compte sur le scrutin du 26 mai prochain : "Il va falloir profiter des élections pour revoir une nouvelle politique européenne commune des pêches".

Un message qu'il ne manquera de rappeller à une autre députée européenne annoncée la semaine prochaine dans le premier port de pêche français, Isabelle Thomas membre de la liste Géneration.s.
 

Sur le même sujet

Lille aux affaires, en direct de la Braderie de Lille 2019

Les + Lus