Le viaduc d'Echinghen, "gravement altéré", "nécessite une intervention urgente" selon le Ministère des Transports

Il n'y a que deux ponts, dans le rapport paru aujourd'hui, qui demandent de gros travaux. Le viaduc d'Echinghen, situé sur l'A16, près de Boulogne-sur-mer (Pas-de-Calais) est dans un très mauvais état.

Le viaduc d'Echinghen (Pas-de-Calais)
Le viaduc d'Echinghen (Pas-de-Calais) © France 3
Le viaduc d'Echinghen, près de Boulogne-sur-Mer, fait partie des deux "ouvrages dont la structure est gravement altérée et nécessite une intervention urgente" selon un rapport du Ministère des Transports, en partie dévoilé ce mercredi.

Cette annonce est une demi-surprise pour ceux qui connaissent bien ce viaduc situé sur l'A16, autoroute de la Côte d'Opale. 
 

Le viaduc d'Echinghen est le plus long du Pas-de-Calais. D'une longueur de 1301m, il est en service depuis 1997. La pile la plus haute atteint 70 mètres de hauteur.

On sait qu'en raison de son exposition aux vents, le viaduc peut s'avérer dangereux pour les véhicules parfois déviés par les rafales. Des restrictions de circulation sont régulièrement mises en place (notamment en cas de tempête) pour pallier ces dangers.
 

Conflit Sanef/Bouygues


L'état du viaduc est dans l'actualité depuis plus d'un an. La Sanef, l’exploitant autoroutier, avait constaté en novembre 2017, durant des travaux de maintenance, qu'il y avait des signes d'endommagement jugés précoces : corrosion de câbles, fissuration du béton des piles, défaut d’étanchéité, défaut de conception à l’origine des fissurations...

La Sanef a poursuivi en justice le groupement de constructeurs mené par Bouygues. Le groupe autoroutier réclamait 7,4 millions d'euros en réparation des divers problèmes constatés.

L'affaire a été jugée du tribunal administratif de Lille. Ce dernier a rejeté la demande de condamnation de la Sanef. Mais il a tout de même ordonné une expertise qui a été conduite par deux bureaux d’étude indépendants. "Leurs recommandations, intégrant les précautions maximales, ont été mises en œuvre afin d’assurer la sécurité des usagers sur le viaduc d’Echinghen", assurait alors la responsable communication client de la Sanef.
 

Quel est l'état réel du viaduc ?


Une première phase de travaux de sécurisation de ces câbles ont été réalisés au printemps 2018. "Le remplacement des câbles va s’effectuer à partir de l’automne", ajoute le groupe. Les câbles rouillés et sécurisés devront être remplacés. Cette deuxième phase nécessitera "des coupures totales de circulation mais uniquement de nuit".

La circulation des poids lourds a récemment rouvert, le 30 juin. Mais l’État n'a autorisé les poids lourds à le réemprunter après huit mois de déviations qu'à une vitesse limitée de 90 km/h et les voies de droite restent interdites à la circulation.

Aujourd'hui, ce rapport du Ministère indique donc clairement que les premiers travaux n'ont pas suffi à sécuriser le pont. Et pose donc une nouvelle la question de l'état du pont. Suite au drame de Gênes, le maire Jacques Lannoy, interrogé le 17 août, estimait que "c'est un pont récent, neuf et on doit avoir confiance".
 
Le viaduc d'Echinghen, “gravement altéré“, ”nécessite une intervention urgente” ©France 3 Nord-Pas-de-Calais


"Travaux en cours"


Contacté par téléphone, Jean-Philippe Vennin, le sous-préfet de Boulogne-sur-mer affirme que "L'infrastructure est sous contrôle. La solidité de l'ouvrage n'est pas remise en cause. La préfecture du Pas-de-Calais reste vigilante".

Il indique que avant la publication du rapport ce mercredi, des travaux importants étaient de toute façon prévus sur l'ouvrage. A partir de novembre, pendant 6 mois, l'A16 sera fermée à cet endroit de 22h à 6h du matin. 12 câbles seront déposés (sur les 234 que compte le pont). De l'été à l'automne 2019, 6 autres mois de travaux sont programmés pour remplacer les câbles déposés.

"Les travaux de réparation nécessaires sont déjà en cours et ne mettent pas en cause la sécurité du viaduc, ni celle des utilisateurs", rappelle de son côté la SANEF dans un communiqué.
 

Un autre pont dans la même situation à Martigues


L'autre pont qui se trouve dans une situation d'urgence similaire, dans la catégorie "3U", est le pont de Caronte, sur l'A55 à Martigues, dans les Bouches-du-Rhône.

Au total, quinze des principaux ponts du réseau routier national ont besoin de travaux plus ou moins urgents, selon une première liste de l'état des 164 plus grands ouvrages du pays, publiée mercredi par le ministère des Transports.  

La ministre Elisabeth Borne avait promis la publication d'une telle liste après l'effondrement du viaduc autoroutier de Gênes, en Italie, qui a fait 43 morts le 14 août. 

"Cette classification de l'état des ponts est un outil pour indiquer le niveau des réparations nécessaires et leur degré urgence. Elle ne traduit pas de risque de sécurité", a souligné le ministère auprès de l'AFP.
 
"On a des ponts qui ne sont pas tous tout neufs", a euphémisé Elisabeth Borne, mercredi matin sur CNews.  La liste a vocation a être progressivement étendue à davantage d'ouvrages. Le réseau routier national en compte en tout environ 24 000.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
autoroute économie transports