La statue de Notre-Dame de Boulogne a quitté la crypte pour le Louvre-Lens

Depuis sa création en 1803 par le sculpteur Audomarois Gras, la vierge Notre-Dame de Boulogne n'avait jamais quitté sa ville. Ce midi, la vierge nautonière précausionnement emballée a pris la route du Louvre-Lens pour y être exposée dans le cadre d'une exposition temporaire dès le 25 mars 2020.
La statue de Notre-Dame de Boulogne prêtée au Louvre-Lens pour l' exposition "Soleils noirs"
La statue de Notre-Dame de Boulogne prêtée au Louvre-Lens pour l' exposition "Soleils noirs" © Corinne Sala
"Elle quitte sa terre natale pour la première fois", explique, fière, Véronique Tonnel-Novak, attachée de conservation du patrimoine de Boulogne.

Il ne fait pas plus de 14°C dans la crypte sous la basilique Notre-Dame de Boulogne ce matin, pourtant l'ambiance y est chaleureuse à quelques heures du départ de la Vierge Noire pour le Louvre-Lens. Les transporteurs venus de Paris arrivent avec de grandes caisses de bois isothermes pour y installer et y caler l'œuvre. 
 
Restaurée en 2014, la statue est depuis à demeure dans la crypte de la basilique
Restaurée en 2014, la statue est depuis à demeure dans la crypte de la basilique © Corinne Sala
 

Une statue en chêne réalisée en 1803

 
La statue de Notre-Dame cristallise au Moyen-Âge la ferveur des pélerins de tous horizons mais connaît ensuite l’adversité. Enlevée par les Anglais en 1544, jetée au puits par les Huguenots, l'image miraculeuse disparaît finalement sur le bûcher révolutionnaire en 1793.
 
La Vierge Noire prêtée au Louvre-Lens
La Vierge Noire prêtée au Louvre-Lens © Corinne Sala

Il fallait alors redonner une nouvelle image au culte boulonnais. L'œuvre est ainsi confiée au sculpteur Audomarois Gras, pendant que la barque est fabriquée, elle dans des ateliers Portelois. La statue primitive était assise, celle de Gras, est debout.

Restaurée en 2014


"La statue a beaucoup souffert durant la Seconde guerre mondiale, son cou a été refait ainsi que les peintures polychromes en 2014. Depuis elle s'est acclimatée à la crypte et ses 65 % d'humidité ", raconte encore Véronique Tonnel-Novak, responsable de la crypte : "le Louvre-Lens c'est tout de même une belle vitrine !". Et justement c'est dans une vitrine que les visisteurs pourront découvrir la vierge dans sa barque dès le 25 mars prochain au Louvre-Lens.
  
Emballage sous haute-surveillance
Emballage sous haute-surveillance © Corinne Sala

L’exposition temporaire au Louvre-Lens du 25 mars au 13 juillet prochain proposera une rencontre inédite avec des chefs-d’oeuvre de l’Histoire de l’art :" Soleils noirs". Le noir industriel, le noir pour le noir, c'est dans l'espace "Le noir et le sacré" que le visiteur pourra découvrir la vierge boulonnaise, une vierge de pélerinage.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
côte d'opale cathédrales culture patrimoine louvre-lens musée sculpture art