• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

VIDEO. Cancer : comment les prothèses capillaires aident ces femmes à “garder le sourire malgré la maladie”

Photo d'illustration. / © LEON NEAL / AFP
Photo d'illustration. / © LEON NEAL / AFP

Pour rester belle dans leur combat contre le cancer, beaucoup de femmes optent pour la prothèse capillaire : une option coûteuse qui peut aller jusqu'à 700 euros. Mais désormais, le remboursement par la sécurité couvrira ces frais jusqu'à 350 euros, soit trois fois plus qu'avant.

Par France 3 Côte d'Opale

Marion n'avait pas poussé la porte d'un salon de coiffure depuis plus d'un an. Aujourd'hui, à Wormhout, elle vient pour un brushing sur ses cheveux naturels. Une première depuis bien longtemps. "C'est un plaisir de me dire que tous les matins, je peux faire un shampooing, je peux me coiffer, ouvrir le tirroir et me rappeler que je peux utiliser une brosse, un peigne...", commente-t-elle. 

En septembre 2016, Marion Waghemacker apprend qu'elle souffre d'un cancer du sein. Deux semaines après la première chimiothérapie, ses cheveux tombent par poignée. C'est là qu'elle commence à utiliser sa prothèse capillaire, un soin à part entière pour les personnes malades. "C'est un moment très important dans l'acceptation de la maladie, de la perte des cheveux", ajoute la jeune femme qui a été accompagnée par son coiffeur, Grégory Schipman.
 
Cancer : comment les prothèses capillaires aident les femmes à "garder le sourire malgré la maladie"

"La voir arriver ici avec le moral au plus bas et repartir avec un sourrire, ça fait dire qu'il y a une solution pour aider à passer ce moment au mieux. C'est incroyable de voir une femme repartir avec un sourrire malgré la maladie", se rappelle-t-il. "Une fois que j'ai trouvé la bonne prothèse capillaire, c'était un soulagement de se dire que le jour où je perdrai mes cheveux, je l'ai et je n'aurai pas peur de sortir", ajoute Marion.

 

"La vie doit continuer"


Un accompagnement recommandé directement par les cancérologues : "Mon rôle, ce n'est pas seulement d'infliger des traitements, c'est aussi de m'occuper du soins de support pour acompagner ces personnes, précise Jean-Philippe Wagner, cancérologue. Autour du cancer, il y a la vie qui doit continuer et il ne serait pas logique que le cancérologue ne s'occupe pas des aléas du traitement et de la maladie. C'est pour ça que nous développons des soins de support de manière très importante et nous avons besoin de partenaires comme les prothésistes spécialisés dans ce domaine".
 

Les prothèses capillaires synthétiques peuvent atteindre parfois plus de 700 euros. Aujourd'hui, l'assurance maladie en rembourse 125, la ministre de la santé annonce un remboursement d'au moins 350 euros dès le mois d'avril. Ces perruques peuvent être achetées chez des fournisseurs de matériel médical et paramédical, notamment les coiffeurs, magasins et instituts spécialisés, pharmacies... La liste complète est à retrouver sur le site internet de l’Assurance maladie.
 

Plus de 50% des personnes malades du cancer ont aujourd'hui un reste à charge après leur traitement, comme les frais de transports pour se rendre aux rendez-vous médicaux ou certains soins tels que les consultations psychologiques ou les problèmes dentaires. Avec l'augmentation du plafond de remboursement pour les prothèses capillaires, c'est un pas de plus fait pour les femmes malades.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Pourquoi Bellignies est-il un des plus beaux villages du Nord Pas-de-Calais ?

Les + Lus