Athlétisme : à 72 ans, Eliane remporte 3 médailles d'or et une médaille d'argent aux championnats du monde masters

Eliane Piret, habitante d'Audinghem dans le Pas-de-Calais, est une habituée des compétitions d'athlétisme, et même des podiums ! La semaine dernière, en Pologne, elle a remporté 4 médailles dont 3 en or aux championnats du monde masters en salle. Elle nous raconte.

On ne l'arrête plus. Après les championnats de France à Miramas, les championnats d'Europe à Braga au Portugal, Eliane Piret continue sur sa lancée. Agée de 72 ans, cette championne d'athlétisme du Pas-de-Calais impressionne à chacune de ses performances.

Du 26 mars au 1er avril, elle s'est rendue à Torun en Pologne pour les championnats du monde masters. Elle est revenue avec pas moins de 4 médailles : trois en or (saut en longueur, pentathlon et 60m haies) et une en argent (saut en hauteur).

"Depuis un mois et demi, je souffrais d'une entorse, j'étais tout juste remise pour le championnat, retrace-t-elle au téléphone. J'avais donc beaucoup réduit les entrainements. Je suis allée en Pologne plus "pour voir" et au final, ça s'est bien passé." 

La semaine de compétition a commencé avec le saut en hauteur, dimanche 26 mars. Eliane parvient à sauter à la même hauteur que l'athlète qui a sauté le plus haut... mais seulement au deuxième essai. Elle repart avec la médaille d'argent. Premier podium.

"C'était une note rassurante pour commencer, se remémore-t-elle. Maintenant, on ne pense plus aux petites misères, il n'y a plus qu'à y aller !" 

"La patience a été récompensée"

Mardi 28 mars, deuxième épreuve pour Eliane : saut en longueur. Il y a un mois, déjà avec son entorse au pied, Eliane Piret avait tenté le saut en longueur et "c'était quasiment impossible", se souvient-elle. "Mais la patience a été récompensée", se félicite-t-elle.

L'athlète calaisienne a six essais à réaliser. Après une série de trois essais, seules les meilleures continuent. Eliane passe le premier cap. Au 5e essai, Eliane est classée 4e. Elle se concentre et parvient à atteindre les 3,59m ! Elle passe devant tout le monde et remporte sa première médaille d'or de la compétition et un nouveau record de France pour sa catégorie (femmes de 70 à 74 ans). "Une deuxième note encourageante", sourit-elle. Au moins ça, oui !

Après deux jours de "pause" - "un jour de visite de la ville de Torun et un jour de mise en condition", détaille l'athlète -, arrive le pentathlon. Eliane redoutait un peu cette série de cinq épreuves car elle craignait de trop se fatiguer pour le lendemain quand se déroulerait son épreuve fétiche : le 60m haies.

Pour la première épreuve du pentathlon, Eliane doit se lever à 5 heures du matin. Le 60m haies débute à 8 heures. L'athlète de 72 ans le court en 12,58". "Pas mon meilleur temps", admet-elle. Mais c'est assez pour finir en tête. Elle enchaîne avec un autre exploit : pour le saut en hauteur, elle parvient à faire mieux que sa performance du dimanche qui lui avait valu une médaille d'argent.

Tout au long de la matinée, il faut rester concentré. Entre chaque épreuve, il est interdit aux athlètes de se rendre dans les tribunes auprès de leurs proches. Elles doivent rester dans une salle dédiée à l'attente. "Je me met dans un coin, les jambes en l'air et je me détends", décrit l'athlète.

Au fur et à mesure des épreuves, Eliane continue à distancer ses adversaires. D'abord aux poids, au saut en longueur puis au 800m. "Je l'ai fait en 3,43', c'est un bon temps mais je n'ai pas osé me donner à fond parce que je pensais tellement au 60m haies qui m'attendait le lendemain", explique-t-elle. Là encore, pas besoin de se froisser un muscle pour passer devant les autres, Eliane domine. Nouvelle médaille d'or.

Il ne reste plus que la dernière ligne droite, le samedi 1er avril. Eliane part "confiante" après un échauffement pas trop intense pour "ne pas trop se fatiguer". "Et là, je réalise un bien meilleur temps que la veille, même après le pentathlon !" Décidément, rien ne l'arrête. 

Avec 12,07", Eliane fait encore mieux qu'il y a un an au championnat du monde à Braga.

A mon âge, faire le même temps que l'année précédente, c'est déjà une performance alors faire encore mieux ! Ça veut dire qu'on vieillit bien !

Eliane Piret

Bien entendu, elle empoche à nouveau une médaille d'or. Quatrième podium de la semaine pour Eliane.

Eliane va garder de très bons souvenirs de cette compétition qu'elle a trouvé "très bien organisée" avec "des gens très accueillants". Après un peu de repos bien mérité, elle va reprendre les entrainements pour se préparer pour les championnats de France à Laval en juin prochain puis les championnats d'Europe à Pescara en Italie, en septembre prochain.