• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Le magasin New Look de Calais rouvre ce lundi avant une possible fermeture définitive

Photo d'illustration. / © MAXPPP
Photo d'illustration. / © MAXPPP

Les salariés du magasin d'habillement sont en sursis depuis septembre 2018, date à laquelle New Look France avait annoncé la fermeture définitive de tous ses magasins avant de revenir sur sa décision. Le bail du magasin de Calais doit s'arrêter en juin.

Par M.D. avec France 2

La réouverture du magasin New Look de Calais, ce lundi 4 mars, avait un goût amer pour ses salariés. Après six mois d’inactivité, ils ont été invités à reprendre leur activité dans un contexte inédit. "Ça fait bizarre, confie la responsable du magasin, Emeline Dudoyer. On ne peut pas dire que je sois satisfaite, on ne sait pas ce qui nous attend. On rouvre mais pour combien de temps ?".

En septembre 2018, le groupe britannique avait annoncé la fermeture de plusieurs magasins, dont celui de Calais. Après un recours en justice pour fermeture illégale, l'enseigne doit faire marche arrière, annonçant la réouverture du magasin situé à la Cité Europe.
 

Mais la semaine dernière, nouveau rebondissement : New Look annonce la mise en vente de ses 30 magasins en France pour des raisons financières. "Les résultats ont connu une forte détérioration au cours de ces trois dernières années en raison de la crise du marché français du textile et de l'habillement." New Look France, entité française de l'enseigne de vêtements britannique, est aujourd'hui déficitaire selon son dirigeant.

 

Un sursis de courte durée


Un nouveau choc pour le personnel : "Je sais que business is business mais quand vous donnez des années d'ancienneté à votre entreprise, ça serait bien d'avoir un côté humain, commente Amina Bendjeddou, vendeuse à New Look Calais. C'est vraiment difficile, c'est douloureux parce qu'on revit ce qu'on a vécu dernièrement".
 

"On n’a aucune garantie de notre avenir aujourd’hui et c'est ce qui nous inquiète le plus parce que 300 salariés sont concernés", commente David Muntoni, représentant du syndicat Sud Commerce. L'enseigne de "fast fashion", dont les pièces collent aux tendances de la mode, souffre d'un environnement très concurrentiel face aux mastodontes du secteur, dans un contexte de charges fixes importantes.

Selon nos informations, le bail du magasin s'arrête au mois de juin. Un sursis de courte durée pour les salariés calaisiens, même si la direction affirme avoir déjà reçu des "marques d'intérêt" pour le rachat, sans donner plus de précision. Cette annonce intervient alors qu'au Royaume-Uni, l'enseigne, en difficulté, avait annoncé en mars 2018 un important plan de restructuration portant sur la fermeture de 60 magasins et la suppression de 980 emplois.

 

Sur le même sujet

Luka Elsner en conférence de presse avant le match de l'ASC face au LOSC

Les + Lus