Transparences et belles dentelles pour l'exposition Yves Saint Laurent

Depuis ce 24 juin et jusqu'au 12 novembre, la Cité de la Dentelle et de la Mode à Calais propose un voyage au cœur de l'élégance, de la sensualité, de la féminité en mettant en lumière l'un des couturiers majeurs du XX ème siècle, Yves Saint Laurent. L'exposition "Yves Saint Laurent : transparences" est coproduite par le musée calaisien et le musée Yves Saint Laurent de Paris.

L'exposition s'ouvre sur une petite robe de laine noire de la collection haute couture automne hiver 1970. Plutôt austère de face, mais qui révèle toute sa sensualité de dos grâce à un décolleté audacieux de dentelle qui plonge jusqu'au creux des reins, savant jeu de caché montré. C'est une photo de Jean-Loup Sieff qui a rendu cette robe mythique.

À travers une soixantaine de tenues, d'accessoires, de croquis, de photos et vidéos, l'exposition "Yves Saint Laurent, transparences" présentée actuellement à la Cité de la dentelle à Calais en coproduction avec le musée Yves Saint Laurent de Paris, retrace 40 ans de création et illustre comment le grand couturier français (1936-2008) a renversé les codes pour dévoiler le corps féminin.

"Saint Laurent a beaucoup travaillé sur le thème du dévoilement du corps des femmes et il a utilisé la technique de la transparence ou des jeux de découpes" explique Anne-Claire Laronde, directrice des musées de Calais. "Évidemment, l'un des tissus qui s'impose dans le cadre du dévoilement du corps de la femme, c'est la dentelle. Elle permet de dévoiler sans trop montrer".

Yves Saint-Laurent repense ainsi le langage du corps féminin à l'ère de la révolution sexuelle. Il propose, avec ses créations, une figure de femme nouvelle, puissante et sensuelle.

« Les transparences, je les connais depuis longtemps", affirmait le couturier. "L’important, avec elles, c’est de garder le mystère. Je pense avoir fait le maximum pour l’émancipation des femmes. J’ai créé des vêtements qui entrent tout à fait à leur aise dans le XXIe siècle".

"Rien n'est plus beau qu'un corps nu. Le plus beau vêtement qui puisse habiller une femme, ce sont les bras de l'homme qu'elle aime. Mais pour celles qui n'ont pas eu la chance de trouver ce bonheur, je suis là."

Yves Saint Laurent

En 1966, cinq ans après avoir ouvert sa propre maison de couture, il présente une série de robes courtes qui laissent largement deviner le corps en-dessous. Deux ans plus tard, en 1968, il fait défiler sa première blouse seins nus, baptisée par la presse américaine la See-Through Blouse. Un haut d’une grande sensualité, porté avec l’un des premiers ensembles smoking composé d’une veste et d’un bermuda.

"Ça va créer un scandale dans l'assistance,explique Shazia Boucher, commissaire de l'exposition, puisque c'est la première fois que l'on dévoile complètement la poitrine d'un mannequin. Mais cela ne l'a pas empêché deux ans plus tard de réitérer avec sa robe Nude Dress, une robe en mousseline totalement transparente, simplement ceinturée de plumes d'autruche !" Pour Shazia Boucher ces audaces montrent combien Saint Laurent était en avance sur son temps."Il souhaitait donner le pouvoir aux femmes, pour qu’elles se sentent aussi à l’aise dans leurs vêtements que le sont les hommes dans leurs costumes".

Avant gardiste, Saint Laurent intègre des éléments de lingerie dans ses créations : le dessous dessus. Il sublime les femmes en leur donnant puissance et sensualité.
Si les modes passent, le style Saint Laurent, lui, est éternel.