Un policier blessé après une altercation au centre de rétention administrative de Coquelles

Quatre retenus s'en seraient pris à trois policiers de garde ce lundi 10 juillet 2023, vers 22 heures, au Centre de rétention administrative (CRA) de Coquelles. L'un des fonctionnaires aurait l'avant-bras fracturé, les deux autres passeraient encore des examens médicaux pour s'assurer de leur état de santé.

L'altercation semble être survenue à 22 heures ce lundi 10 juillet 2023, au Centre de rétention administrative (CRA) de Coquelles, près de Calais. Quatre détenus s'en seraient pris à trois policiers de garde, après avoir saccagé la salle où ils se trouvaient.

"Les retenus ont souhaité avoir accès à une machine à café. Mes collègues n'ont pas pu répondre à leur demande car ils devaient se rendre dans une autre zone du CRA." Clément Coasne, délégué permanent pour la Police aux frontières (PAF) de Calais-Coquelles, relate les évènements survenus hier soir. "Quatre des 27 retenus présents dans cette zone se sont impatientés et se sont mis à tout détruire."

Les retenus mis en garde à vue

Tableau électrique arraché, caméras et téléphone fixe détruits, fenêtres délabrées... Face à la destruction des biens de cette zone du CRA, trois policiers seraient intervenus pour tenter d'interpeller les individus responsables. "Après des outrages à répétition et des tentatives d'interpellation, les retenus se sont armés de débris récupérés dans les décombres de la pièce et s'en sont pris aux policiers", explique Clément Coasne.

L'un des policiers aurait alors reçu un coup de barre en fer dans l'avant-bras. Il souffrirait d'une fracture. Les deux autres policiers intervenus sont encore soumis à des examens médicaux. L'un d'entre eux devrait reprendre son poste dès ce mardi soir. Les retenus ont quant à eux été placés en garde à vue.

Le manque d'effectifs mis en cause

"Le problème c'est que ce n'est pas la première fois que ça arrive", déplore le délégué. Des évènements similaires, voire de plus grande envergure, seraient survenus en mars 2023 et en novembre 2022. "Ces évènements peuvent avoir lieu car nous manquons cruellement d'effectifs. Il nous faudrait une vingtaine de fonctionnaires en plus", commente Clément Coasne. "Près de 150 fonctionnaires travaillent dans le CRA de Coquelles, où cohabitent 104 retenus. Cet évènement aurait pu être évité si d'autres personnes étaient intégrées à l'équipe."