Fillettes tuées à Courcelles-lès-Lens : la mère hospitalisée “probablement pendant plusieurs semaines”

La mère des fillettes tuées à Courcelles-lès-Lens a été hospitalisée sous contrainte après son interpellation. / © Sebastien Gurak / France 3
La mère des fillettes tuées à Courcelles-lès-Lens a été hospitalisée sous contrainte après son interpellation. / © Sebastien Gurak / France 3

La garde à vue de la mère des deux fillettes tuées à Courcelles-lès-Lens a été levée dans la nuit de lundi à mardi. La principale suspecte a été hospitalisée sous contrainte et sera à nouveau entendue dès sa sortie de l'établissement.

Par Margot Desmas

La mère des deux fillettes tuées à Courcelles-lès-Lens (Pas-de-Calais) lundi 28 octobre a été hospitalisée sous contrainte et le restera "probablement pendant plusieurs semaines", indique-t-on au parquet de Béthune. La trentenaire avait été interpellée après la mort de ses filles, âgée de 4 et 6 ans, mais son état de santé étant incompatible avec la garde à vue, elle a été transférée dans un établissement de santé.
 

"La durée de l'hospitalisation dépend des médecins psychiatres", nuance le magistrat de permanence, aucune date de sortie n'a encore été communiquée. La garde à vue de la principale suspecte a été levée dès son hospitalisation, mais elle pourrait être à nouveau interpellée à sa sortie de l'établissement.
 
En rouge, la situation actuelle. / © Ministère de la Santé
En rouge, la situation actuelle. / © Ministère de la Santé

Les deux fillettes tuées ce lundi, victimes de "très nombreuses blessures à l'arme blanche", n'ont pas pu être sauvées par les secours. La mère de cette famille de quatre enfants a rapidement été placée en garde à vue après le drame. Elle a été interpellée quittant le domicile familial avec le benjamin de la fratrie, âgé d'un an, avant d'être hospitalisée sous contrainte dans la nuit "compte tenu de son état de santé".
 

La mort des deux petites filles a suscité un vif émoi à Courcelles-lès-Lens. Bernard Cardon, le maire de la commune, décrit une femme au profil psychologique fragile qui avait déjà été hospitalisée en établissement psychiatrique peu de temps avant les faits. L'enquête conduite par la brigade criminelle de la Sûreté urbaine départementale de Lens se poursuit "pour déterminer le déroulement et les circonstances de ce drame", selon le parquet.

 

Sur le même sujet

Les + Lus