Histoires 14-18 : la bataille de la Lys

© BDIC Fonds Valois/Pathé Gaumont/Gallica BNF/Association Locale pour l’Histoire de l’Artois
© BDIC Fonds Valois/Pathé Gaumont/Gallica BNF/Association Locale pour l’Histoire de l’Artois

Avril 1918, l'état-major allemand qui a échoué dans sa première offensive dans la Somme décide de relancer ses troupes en flandre française sur une ligne entre Armentières et La Bassée.

Par France 3

Saint-Floris, près de Béthune dans le Pas-de-Calais. Fin avril 1918, ce petit village marque l'avancée extrême des Allemands. C'est ici que se trouve le seul monument qui commémore la bataille de la Lys. Il faudra attendre 70 ans après l'armistice pour qu'il soit érigé. Une bataille longtemps oubliée. C'est pourtant lors de cette bataille que les allemands tentèrent d'en finir avec les britanniques très affaiblis.

Avril 1918, l'état-major allemand qui a échoué dans sa première offensive dans la Somme décide alors de relancer ses troupes en flandre française sur une ligne entre Armentières et La Bassée. Objectif de cette percée : l'accès aux ports de la mer du Nord. Cette opération baptisée Georgette fait figure de quitte ou double. Le 9 avril, premier jour de la bataille, les Allemands enfoncent les lignes alliées. Ils avancent jusqu'à Hazebrouck, carrefour ferroviaire stratégique et prennent Bailleul.

Histoires 14-18 : la bataille de la Lys
Source archives : - BDIC Fonds Valois - Pathé Gaumont - Gallica BNF - Association Locale pour l’Histoire de l’Artois  - France 3 - F. Mabille

Les Britanniques tentent de résister, parfois, avec des moyens dérisoires comme des barricades de fortune dans les rues d'Armentières. Mais devant la violence de l'impact, ils s'effondrent . Les Portugais récemment engagés aux côtés des Alliés connaissent un terrible baptême du feu. Leurs 2 divisions mal préparées doivent affronter 10 divisions allemandes très entraînées. Ils perdront plus de 7000 hommes et autant de prisonniers. Certains de ces soldats tués sont enterrés ici dans ce cimetière portugais.

L'effondrement général est évité grâce aux renforts des troupes françaises notamment au mont Kemmel. Ypres n'est pas tombé et les Allemands ne sont pas parvenus jusqu'à la mer. Cette bataille également appelée 4ème bataille d'Ypres s'achève le 29 avril. Malgré des pertes considérables, les alliés ont réussi à stabiliser le front.
Ces 20 jours de combats acharnés auraient pu faire basculer le cours de la guerre.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Dans la Somme, une petite maison d'édition jeunesse aux valeurs humanistes

Les + Lus