Inondations dans le Pas-de-Calais. Ras-le-bol, inquiétude et épuisement des habitants face à la lente décrue

Alors que l'eau descend, les habitants exténués commencent à nettoyer à Arques (Pas-de-Calais) et Merville (Nord).

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Chez Gilles Deflesselles, à Merville, le niveau de l'eau reste très élevé, après la crue record de la Lys enregistrée ces derniers jours. Cette fois, il a su limiter les dégâts à l'intérieur, deux centimètres d'eau seulement, grâce à des barrières anti-inondations. Dans d'autres quartiers, la décrue commence, très lentement. Pour les habitants comme pour le maire, c'est l'exaspération. Merville est situé sur un nœud hydraulique où se rencontrent trois cours d'eau...

En juin 2023, celui de la Lys canalisée ressemblait à ça... aujourd'hui, le niveau est monté jusqu'en haut de ce barrage, débordant dans plusieurs rues... mais pour le maire, ces inondations ne sont pas une fatalité.

L'élu met également en cause l'état des berges, insuffisamment entretenues selon lui par les Voies Navigables de France. Le maire Joël Duyck de Merville appelle donc l'Etat et les collectivités à investir davantage, afin de réduire l'impact de ces crues à répétition.

durée de la vidéo : 00h02mn01s
Reportage à Merville, dans le Nord, où la Lys Plaine est encore en vigilance orange. ©France Télévisions Yann FOssurier et Antoine Morvan

Nettoyage à Arques

Avec la décrue, Sabine doit désormais tout nettoyer chez elle, à Arques... Encore une fois... Elle avait déjà été inondée au mois de novembre. C'est une de ses tantes qui l'héberge pour le moment. "On est fatigués moralement comme physiquement, et on a toujours une crainte que cela recommence avec les prévisions météo", craint Sabine Facqueur, habitante sinistrée à Arques. Quelques bénévoles sont venues lui donner un coup de main dans la matinée.

Valentin habite la même rue que Sabine, en plein centre-ville d'Arques, près de la mairie... il finit de déblayer sa cave et son garage... tout ce qu'il avait stocké ou presque est bon à jeter... "Il y a un ras-le-bol complet des habitants d'Arques. Beaucoup de voisins sont partis, on ne les voit plus" estime Valentin Lechardeur, habitant sinistré à Arques.

Pour le maire d'Arques, le bilan de cette nouvelle crue est encore pire qu'au mois de novembre. Benoît Roussel, maire (DVG) d'Arques, explique qu'"on voit vraiment que l'eau est montée plus haut et plus rapidement que la précédente inondation. Clairement le bilan était de 360 maisons et garages inondés, cette fois ce sont 400 maisons et une trentaine d'entreprises".

Plus loin, dans une brasserie sinistrée pour la 3e fois en quelques mois, les assureurs constatent les dégâts. José Gonçalves, propriétaire de la brasserie sinistrée a pris un contre-expert pour estimer les pertes.

durée de la vidéo : 00h02mn33s
À Arques, amorce de décrue ©France Télévisions Y. Fossurier A. Morvan

Non loin de là, un autre restaurant, il ne reste plus grand-chose de la salle où s'asseyaient les clients. Guy Duflot, propriétaire d'un restaurant sinistré regrette être en train de tout perdre. 

Les sinistrés s'inquiètent aussi du froid annoncé ces prochains jours. Les pompiers venus en renfort continuent donc de pomper inlassablement... Malgré la décrue, quelques habitants avaient encore ce samedi les pieds dans l'eau.

Avec Yann Fossurier et Antoine Morvan, France Télévisions.