Coronavirus : Marine Le Pen craint une moindre mobilisation aux municipales

Marine Le Pen a exprimé ce samedi à Lens (Pas-de-Calais) la "crainte" d'une moindre mobilisation des électeurs aux municipales des 15 et 22 mars en raison du coronavirus. 
 
Marine Le Pen en meeting à Lens ce samedi.
Marine Le Pen en meeting à Lens ce samedi. © FRANCOIS LO PRESTI / AFP
"C'est une crainte. (...) L'angoisse, la crainte peuvent pousser des gens à renoncer à aller voter", a déclaré lors d'une conférence de presse la présidente du Rassemblement national et députée à Lens, dans son fief du Pas-de-Calais, département où le parti a déposé 30 listes, soit six de plus qu'en 2014.

"Donc c'est à la charge du gouvernement de prendre toutes les mesures pour pouvoir rassurer les populations", a-t-elle ajouté avant de présider un meeting, le premier de cette campagne municipale. Un deuxième rassemblement est prévu à Marseille le 6 mars.
 
La présidente du RN n'a pas serré les mains des têtes de liste présentes à la conférence de presse, expliquant qu'elle "respectait les consignes gouvernementales" pour limiter la propagation du virus. "Ce n'est pas souvent", a-t-elle ajouté en riant.
 
Municipales : Marine Le Pen en meeting à Lens
 

"Rester prudents"


Pour autant, Mme Le Pen "préfèrerait que (le scrutin) soit maintenu", rapportant que "dans les cabinets ministériels l'hypothèse d'un report des élections n'est pas écartée" mais qu'il fallait "rester prudents" parce qu'en France les cas sont encore "peu nombreux".

Au début du meeting, qui réunissait dans une salle de Lens plusieurs centaines de personnes, le député Ludovic Pajot a répété les consignes du gouvernement invitant les militants présents à "ne pas s'embrasser" ou se serrer la main.  
 
Tous les "rassemblements de plus de 5 000 personnes" en milieu fermé et certains événements en extérieur, comme le semi-marathon de Paris dimanche, seront annulés en France face à l'intensification de l'épidémie causée par le nouveau coronavirus, a annoncé samedi le gouvernement. Il a cependant réaffirmé qu'il n'y avait pas lieu "à ce stade" d'annuler les élections municipales.

Interrogée pour savoir si elle craignait par la suite une interdiction des réunions électorales, Mme Le Pen a répondu "si bien sur". "Compte tenu de la propagation du virus, le gouvernement sera très probablement amené à mettre en oeuvre des interdictions qui peuvent prendre diverses formes. Nous nous y adapterons, nous respecterons à la lettre les consignes".

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
marine le pen rassemblement national politique covid-19 santé société élections municipales 2020 élections