Derby Lens-Lille en 16e de Coupe de France : 5000 spectateurs lensois, les Lillois interdits de déplacement

Publié le Mis à jour le
Écrit par Emmanuel Pall
Au premier plan, Clément Michelin (RC Lens) pendant le match de Ligue 1 face au LOSC, le 7 mai 2021, au stade Bollaert de Lens.
Au premier plan, Clément Michelin (RC Lens) pendant le match de Ligue 1 face au LOSC, le 7 mai 2021, au stade Bollaert de Lens. © SEBASTIEN MUYLAERT / MAXPPP

Mardi 4 janvier 2022, à 21h00, le stade Bollaert-Delelis sera le théâtre du 114e derby du nord, mais la fête pour les supporters sera "light", très "light".

Si la préfecture du Pas-de-Calais avait déjà pris un arrêté visant à interdire le périmètre du centre-ville, du stade Bollaert et de ses abords aux supporters lillois ; vendredi 31 décembre, le ministère de l'Intérieur a renforcé cet arrêté par l'interdiction de déplacement des supporters lillois à Lens. 

Par ailleurs, par rapport à la situation sanitaire et le nombre de cas de Covid-19 qui grimpe en flèche en ce début d'année 2022, seuls 5 000 supporters lensois pourront voir le match en tribune. 

Ce sont les abonnés de la tribune Marek (dont les réabonnements ont été les plus nombreux) qui ont été choisis pour assister à ce 114e derby du nord. Ils le suivront dans les hauteurs de leur tribune (dans les gradins Louis Xercès) avec des espacements. Il sera par ailleurs interdit de manger. Le masque sera obligatoire et les règles de distanciation seront exigées.

En vue du retour des jauges dans les stades de football (en vigueur le lundi 3 janvier), le RC Lens avait demandé d'avancer la date de la rencontre au dimanche 2 janvier, mais le LOSC s'y était opposé (lire ici).

7 cas positifs au LOSC

Sur le plan sportif, à noter que les joueurs lillois comptaient dans leur effectif 4 cas positifs, vendredi 31 décembre. A l'isolement, ils n'avaient alors pas repris l'entraînement. Le RC Lens en revanche, ne comptait alors, aucun cas positif.

Les deux conférences de presse d'avant-match ont eu lieu en début d'après-midi. Amadou Onana a assuré celle du LOSC en déclarant : "On aborde le match avec le même état d'esprit qu'on a terminé l'année. On s'entraîne à 100% pour donner le meilleur de nous-mêmes dans ce derby. Il y a une ferveur particulière, même s'il y a pas mal d'absents, on va le jouer à fond ce derby." Interrogé sur un éventuel état d'esprit de revanche après le derby précédent (gagné en septembre par Lens sur son terrain 1-0 et marqué par les blessures légères de six personnes et un envahissement du terrain), le milieu lillois a expliqué : "sentiment de revanche, oui clairement, quand on joue un match comme ça c'est pour le gagner. Maintenant je pense qu'on est sur une bonne dynamique et a priori, eux, un peu moins".

Sur les cas de Covid-19, La Voix du Nord assure ce lundi 3 janvier que trois autres nouveaux cas ont été enregistrés au sein de l'effectif lillois. Sept en tout donc et, le journal de citer Jocelyn Gourvennec, l'entraîneur du club, "Nous allons à nouveau tester les joueurs demain matin, nous verrons... Evidemment, il y aura sans doute beaucoup de jeunes sur le terrain..."

Côté lensois, si aucun cas de Covid-19 n'est annoncé, en revanche, deux joueurs africains sélectionnés pour participer à la Coupe d'Afrique des Nations, seront absents : Massadio Haïdara et Ignatius Ganago.

10e derby du nord en Coupe de France

Entre la finale de l'édition 1948 et le seizième de finale de 2005, les deux clubs nordistes se sont affrontés déjà neuf fois en Coupe de France. A noter que Lille mène par 6 victoires contre 2 pour Lens et que la neuvième rencontre s'était soldée par un match nul en 1973 (rejoué 10 jours plus tard et gagné par Lille). 

 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.